Fuir la ville pour échapper aux crises ? "Il est possible de se dessiner un futur à la campagne"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Invité mercredi d'Europe Matin, l'entrepreneur Nicolas Hazard publie "Le Bonheur est dans le village", plaidoyer pour un monde rural riche en inventivité face à des grandes villes qui concentrent les richesses. À ses yeux, les réponses à certaines problématiques, notamment en matière de transition énergétique ou d'alimentation, sont à aller chercher côté campagne.
INTERVIEW

Les deux confinements imposés aux Français en moins d'un an ont pu relancer l'envie des urbains de s'isoler à la campagne, où les grands espaces et la nature, la possibilité d'un jardin notamment, semblent devoir rendre l'enfermement plus supportable qu'en ville, cantonné dans de petits appartements. La crise sanitaire provoquée par le coronavirus jette ainsi un nouveau coup de projecteur sur les avantages de la vie à la campagne. Auteur de Le Bonheur est dans le village, publié chez Flammarion, l'entrepreneur Nicolas Hazard a voulu tordre le cou aux préjugés sur la ruralité. Il l'assure mercredi sur Europe 1: les campagnes sont aussi des territoires d'innovation, où se préparent la transition énergétique, la révolution numérique et la transformation de notre modèle alimentaire.

"Aujourd'hui, on a l'impression que toutes les richesses sont concentrées dans les métropoles et que l'on investit d'abord dans les grandes villes. Pourtant, on passe à côté d'une grande partie du territoire qui ne demande qu'à se développer, et qui offre une vraie qualité de vie", explique Nicolas Hazard au micro d'Europe Matin. "Il y a des solutions qui existent aux différentes crises que l'on connaît, et elles viennent aussi de la campagne, de la ruralité" assure-t-il.

Changer le monde depuis la campagne

"Ça n'est pas un livre sur les bobos qui vont à la campagne et découvrent que la nature est extraordinaire", souligne-t-il. Le Bonheur est dans le village recense trente initiatives, lancées dans de petites communes pour lutter contre l'enclavement, la désertification scolaire ou encore l'utilisation des pesticides et qui, à leur échelle, apportent des solutions pérennes à des problématiques souvent anciennes, face auxquelles les politiques publiques n'ont pas toujours su répondre efficacement. "La majeure partie des histoires, ce sont des gens qui sont dans les territoires ruraux, y vivent, y ont grandi et ont développé des solutions", insiste Nicolas Hazard. "Il y a des exemples très concrets. Ceux qui veulent changer le monde, pour l'écologie, pour le monde de demain, peuvent le faire."

Depuis cette petite commune de l'Aude, autonome en énergie, jusqu'à ce maire du Cantal qui a vendu des terrains pour un euro symbolique afin de ramener des familles dans sa (petite) commune, Le Bonheur est dans le village démontre que le monde de demain se nourrit des initiatives de chacun, et surtout qu'il peut se construire loin, très loin du périph'. "Il est possible de dessiner un autre futur, un futur à la campagne, dans la ruralité", conclut Nicolas Hazard.

Europe 1
Par Romain David