Fertilisant, isolant, filtrant : les mérites insoupçonnés des cheveux

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Les cheveux peuvent être une ressource. Au lieu de les jeter et de générer de nouveaux déchets, des solutions existent pour les recycler : en fertilisant, en isolant ou même en tapis filtrant pour lutter contre la marée noire. La chevelure peut aussi devenir une matière organique à haute valeur ajoutée. 

C’était une astuce de certaines mères lorsqu’elles brossaient les cheveux de leurs petites filles. Au lieu de jeter les cheveux agrippés sur la brosse, elles les déposaient sur le rebord de la fenêtre. Ainsi les oiseaux pouvaient les utiliser pour faire leurs nids. Une image onirique qui prouve que l’humain peut apporter sa contribution. Les cheveux humains peuvent être une ressource à une échelle industrielle. Tous les jours, des milliers de coiffeurs coupent des cheveux et il en résulte des tonnes de déchets.

Des fertilisants ou des isolants

Pourtant; les cheveux ne devraient pas être considérés comme tels, car il s’agit d’une matière organique à haute valeur ajoutée qui peut trouver d’étonnants débouchés. C’est pourquoi au lieu de les envoyer à l’incinérateur, l’association de coiffeurs "Hairdresser Fair" fait la collecte des cheveux dans tous les salons de coiffures adhérents pour les recycler principalement comme fertilisant ou comme isolant pour l’industrie du bâtiment.

Les cheveux contre la marée noire

Aux Etats-Unis, les cheveux permettent même de combattre les marées noires ! Un coiffeur très inspiré, Phil McCorry, a assisté à la dramatique marée noire de l’Exxon Valdez en 1989 sur la côte de l’Alaska. Il a remarqué que le pétrole avait tendance à adhérer aux plumes et aux poils des animaux. C’est à partir de cette observation qu’est né une idée fixe, celle de créer un tapis filtrant de cheveux avec les récupérations des salons américains. Cela représente 27 millions de tonnes de cheveux par an.  

Son concept a dépassé le stade de l’expérimentation, puisque ce tapis chevelu a été utilisé à maintes reprises dans différents accidents qui ont souillé les rivages américains, comme lors d’une pollution en 2007 dans la baie de San Francisco.

Europe 1
Par Fanny Agostini, édité par Mathilde Durand