Un homme déjà condamné pour violences conjugales brûle son ex-compagne vive

, modifié à
  • A
  • A
Les faits ont eu lieu dans la rue, à Mérignac, en Gironde (photo d'illustration). 1:32
Les faits ont eu lieu dans la rue, à Mérignac, en Gironde (photo d'illustration). © AFP
Partagez sur :
Mercredi, un homme a tiré dans les jambes de son ex-compagne avant de l'asperger d'essence en pleine rue à Mérignac, en Gironde. Une scène d'horreur survenue "aux yeux de tout le monde, dans la rue", selon le maire de la ville, interrogé par Europe 1. 

Il s'agit du 39ème féminicide depuis le début de l'année 2021, et il est d'une horreur extrême. Une femme a été brûlée vive par son ancien compagnon qui l'avait auparavant blessée par balles, mercredi à Mérignac. La victime, mère de famille, était âgée de 31 ans. 

Un bidon d'essence dans sa camionnette

L'ex-conjoint de la jeune femme, âgé de 44 ans, est venu à son domicile armé d'un fusil de chasse. Il a d'abord hurlé pour la faire sortir et lui a tiré dans les jambes. La jeune femme s'est effondrée au sol, incapable de bouger. Il est alors allé chercher un bidon d'essence dans sa camionnette et l'a aspergée de liquide, avant de mettre le feu. Un voisin a bien tenté d'intervenir, mais le suspect la menaçait de son arme.

Des faits survenus "aux yeux de tout le monde, dans la rue" et "d'une façon très organisée", commente au micro d'Europe 1 le maire de Mérignac, Alain Anziani, très éprouvé. "Après le coup de fusil, il y a ce bidon d'essence qu'il a fallu aller chercher dans une voiture… C'est totalement assumé par le meurtrier", souffle-t-il. "C'est encore plus choquant de voir cette haine, cette cruauté, cette barbarie avec des enfants qui n'étaient pas loin."

Une condamnation pour violences conjugales

Ce n'est pas la première fois que cet homme s'en prenait à son ex-compagne depuis leur séparation, en juin dernier. Il avait même été condamné à un an et demi de prison, dont neuf mois ferme, pour violences conjugales. Il était sorti de détention au mois de décembre, notamment grâce à des réductions de peine. En mars dernier, la victime avait une nouvelle fois porté plainte contre lui, mais il n'avait pas répondu aux convocations de la justice. Il est actuellement en garde à vue pour assassinat.

Europe 1
Par Marion Dubreuil, édité par Margaux Lannuzel