Faut-il permettre aux prêtres catholiques de se marier ? "C'est inévitable", selon l'historien Odon Vallet

, modifié à
  • A
  • A
Odon Vallet sur Europe 1 1:01
Odon Vallet salue la volonté du pape de mieux encadrer l'accès au séminaire. © Europe 1
Partagez sur :
Au lendemain du sommet de l’Église sur les victimes de prêtres pédophiles, l'historien et spécialiste des religions Odon Vallet a abordé lundi sur notre antenne les évolutions que pourrait connaître l'institution catholique sous l'impulsion du pape.
INTERVIEW

Pendant trois jours, jusqu'à dimanche, 190 représentants catholiques se sont réunis au Vatican pour se pencher sur les réponses concrètes à apporter par l'Église aux scandales pédophiles qui ont secoué l'institution ces dernières années. Pour l'historien et spécialiste des religions Odon Vallet, invité lundi de la matinale de Nikos Aliagas, "le pape François a remporté une première victoire" dans ce combat.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Des candidats à la prêtrise "un peu déséquilibrés". Pour l'heure, aucune mesure concrète n'a encore été décidée par les dirigeants de l'Eglise. Et pour le spécialiste, il faudrait en passer par des décisions radicales. "L'une des solutions" qui est "inévitable" pour lutter contre ce problème, selon Odon Vallet, consisterait ainsi à autoriser les prêtres à se marier. "Bien sûr, la grande majorité des enfants abusés l'ont été par un homme marié, par un membre de la famille, par un moniteur de chorale, par un moniteur de sport, etc. Le problème, c'est que les candidats au séminaire, à la prêtrise, n'ont le droit à aucune vie sexuelle. Le résultat, c'est qu'on est amené à recevoir dans les séminaires des hommes un peu déséquilibrés. Psychologiquement, ils ont 10 ans d'âge" et pourraient donc développer des comportements pédophiles, avance l'historien. 

Un accès "mieux surveillé" au séminaire. Pour l'heure, le pape et la Curie, le gouvernement, de l'Eglise, excluent totalement une telle mesure. D'autres sont toutefois à l'étude. "Le pape a dit que désormais, l'accès au séminaire serait mieux surveillé. Il souhaite que des femmes et des psychologues s'en occupent. On a des séminaristes addict au porno", avance le spécialiste. "Dans certains séminaires, en Irlande, il y a des gens sur les réseaux comme Grindr [une application de rencontres destinée notamment aux gays, NDLR]."

Mais ces évolutions vont-elles vraiment avoir lieu ? Les volontés du pape seront-elles suivies ? "Les conférences épiscopales vont être obligées de faire ce que le Pape a demandé, c'est déjà un énorme progrès", se félicite Odon Vallet. "En France et en Allemagne, ça ira bien. C'est beaucoup plus compliqué dans d'autres pays et d'autres continents où on confond homosexualité et pédophilie, comme en Afrique", reconnaît-il toutefois.

Lenteur dans l'application des recommandations ? Ces pays pourraient rechigner à appliquer les recommandations du souverain pontife... notamment en raison de son âge. "Il n'est pas jeune, il a 83 ans. Combien de temps va-t-il encore rester pape ? Est-ce que, dans certains pays, on ne va pas lui obéir avec une sage lenteur ?", s'interroge l'historien.

"L'appareil administratif est très lourd, mais le pape François a une telle volonté qu'il a quand même remporté une victoire dimanche", estime tout de même Odon Vallet. Et de conclure, optimiste : "On ne pourra plus faire après comme on faisait avant".

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec