Faculté de droit de Montpellier : réouverture sous tension

, modifié à
  • A
  • A
faculté de droit de Montpellier, CRS crédit : SYLVAIN THOMAS / AFP - 1280
Quelques dizaines d'étudiants, syndicalistes et militants opposés à la réouverture de la faculté se sont assis sur les marches devant la porte d'accès. © SYLVAIN THOMAS / AFP
Partagez sur :
Fermée depuis le 23 mars, la faculté de droit de Montpellier a rouvert mardi matin sous la surveillance de plusieurs cars de CRS. 

La faculté de droit de Montpellier, fermée depuis le 23 mars et les violents incidents qui ont notamment abouti à la mise en examen du doyen et d'un professeur, a rouvert mardi dans un climat de tension et sous haute surveillance.

Une ouverture sous surveillance. Une seule des grilles du bâtiment principal sur les trois était ouverte dès sept heures, gardée par trois vigiles. De chaque côté de la rue, plusieurs cars de CRS étaient aussi présents. Devant la porte, étudiants, professeurs et personnels doivent présenter leur carte pour accéder au bâtiment.

"On n'oublie pas, on ne pardonne pas". Mardi matin, quelques dizaines d'étudiants, syndicalistes et militants opposés à la réouverture de la faculté se sont assis sur les marches devant la porte d'accès. Immédiatement encadrés par des CRS, ils ont scandé "Justice en fac de droit, on n'oublie pas, on pardonne pas".

 

"Une dizaine de personnes cagoulées qui ont participé aux violences n'ont pas été identifiées", a souligné Logan Richard, doctorant et membre du comité de mobilisation qui avait appelé à cette manifestation. "Les étudiants ont peur de revenir à la fac, rien n'est apaisé, la situation est explosive".

Une expulsion violente d'étudiants. Dans la nuit du 22 au 23 mars, une dizaine d'hommes cagoulés avaient violemment expulsé d'un amphithéâtre de la faculté des étudiants, syndicalistes et militants hostiles à la loi Vidal sur l'accès à l'université. Mis en cause par des témoins et soupçonnés d'avoir au moins facilité cette expédition punitive, le doyen Philippe Pétel, qui avait démissionné après les violences, et un professeur, ont été mis en examen - pour complicité d'intrusion, et pour violences aggravées également dans le cas du professeur. Les deux ont aussi été suspendus de leurs fonctions.