Fac de droit de Montpellier : face-à-face entre étudiants pro et anti-blocage

, modifié à
  • A
  • A
L'université restera fermée lundi pour éviter les violences. © Capture d'écran Goolge street view
Partagez sur :

Plusieurs centaines de personnes se sont réunies devant les grilles fermées de l'université, certains pour défendre le doyen et d'autres pour critiquer les violences subies par des étudiants jeudi soir. 

Plusieurs centaines d'étudiants, pro et anti-blocage, étaient massés lundi matin devant les grilles baissées de la faculté de droit de Montpellier, fermée par la direction après l'intrusion violente d'un groupe d'hommes cagoulés dans la nuit de jeudi à vendredi. "On veut étudier, on veut pas être bloqués", "Rendez-nous nos facs!", criait un premier groupe d'étudiants, venus notamment soutenir le doyen de la faculté de droit Philippe Pétel, qui a démissionné dans la foulée des incidents. "Présomption d'innocence", "Non à la diffamation" pouvait-on lire sur les pancartes de ce groupe.

"Reconnaissance publique des violences". Des étudiants et des syndicats ont mis en cause le doyen après l'expulsion brutale par des hommes cagoulés et armés de bâtons d'étudiants qui occupaient un amphithéâtre de la faculté dans la nuit de jeudi à vendredi. Ils ont assuré que des professeurs - dont les noms et les photos circulent sur les réseaux sociaux - auraient participé à l'expédition punitive. De l'autre côté, un "comité de mobilisation de la faculté de droit et science politique" organisait un "rassemblement pour la reconnaissance publique des violences" en "soutien aux victimes". Ces étudiants soulignent que Philippe Pétel "a publiquement affirmé que des étudiants et des professeurs faisaient partie des personnes cagoulées ayant commis l'agression" et que des étudiants "par plusieurs témoignages concordants, attestent avoir reconnu un membre du corps enseignant" parmi les assaillants.

Dépôt d'une plainte. Une enquête administrative sur le coup de force doit débuter lundi, avec l'arrivée d'inspecteurs généraux, a par ailleurs confirmé le cabinet de la rectrice d'Académie. La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a missionné l'Inspection générale de l'administration de l'Éducation nationale et de la Recherche (IGAENR) qui doit recueillir les témoignages des personnels et des étudiants qui se trouvaient sur place. La présidence de l'université et cinq étudiants ont par ailleurs porté plainte à la suite de ces violences et le parquet de Montpellier a ouvert une enquête pour des faits de "violences en réunion et avec arme".  La faculté de droit et de science politique de Montpellier restera fermée lundi "afin d'éviter tout risque d'altercations".