E-ophtalmo, la télémédecine ophtalmologique

, modifié à
  • A
  • A
1:28
Partagez sur :
Avec ses Trophées de l’Avenir, Europe 1 récompense chaque année des entreprises, des associations ou des collectivités locales pour leur audace, leur innovation et leur côté visionnaire. En lice pour le Trophée santé, e-ophtalmo est un réseau de télé-médecine qui facilite l'accès aux soins ophtalmologiques. 

Faciliter l'accès aux soins ophtalmologiques. E-ophtalmo est un réseau de télé-médecine en ophtalmologie qui aide au dépistage des principales pathologies oculaires. L'entreprise, créée à l'initiative d'un chirurgien spécialisé en décembre 2016, est nommée dans la catégorie santé des Trophées Europe 1 de l'Avenir 2021. Elle vise notamment à lutter contre les déserts médicaux, alors que l'on constate un accroissement des pathologies oculaires et qu'un rendez-vous chez un spécialiste s'obtient entre 60 jours et 18 mois selon les départements.

Un réseau de 1.600 spécialistes

Concrètement, "un orthoptiste va se déplacer dans les déserts médicaux, dans les Ehpad ou même dans les entreprises pour aller directement effectuer les examens auprès des patients, permettant ainsi de conserver le contact humain", explique au micro d'Europe 1 Sophie Chappuis, présidente et co-fondatrice d'e-ophtalmo. Les résultats sont ensuite envoyés à un ophtalmologiste qui va les interpréter à distance et envoyer son compte-rendu de manière sécurisée aux patients. 

En cas de découverte d'une pathologie, le réseau e-ophtalmo, qui s'occupe également du renouvellement des lunettes, garantit un rendez-vous chez un spécialiste à proximité du lieu de vie du patient. Fort de 1.600 orthoptistes et ophtalmologistes "répartis dans toute la métropole et les Dom Tom", E-ophtalmo a mis en place "un cadre règlementaire et des process qualité pour garantir la qualité de la prise en charge du patient", insiste Sophie Chappuis. 

Vers un déploiement dans les pays francophones frontaliers

Désormais, l'objectif pour l'entreprise est de grandir en se déployant au niveau national, mais aussi dans les pays francophones frontaliers via les centres hospitaliers, les centres de santé et toutes les entreprises qui souhaitent bénéficier du service. Et pour l'aider dans son ambition, le réseau vient de clôturer une "levée de fonds avec des business angels". 

Europe 1
Par Ugo Pascolo