Décès de Claude Brasseur : "Il n’a jamais voulu prendre une position de star"

  • A
  • A
Claude Brasseur est décédé à l'âge de 84 ans. 0:58
Claude Brasseur est décédé à l'âge de 84 ans. © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partagez sur :
L'acteur Claude Brasseur est décédé mardi à l'âge de 84 ans. "Il n’a jamais voulu prendre une situation, une position de star", se souvient mardi sur Europe 1 le réalisateur Philippe Labro qui a tourné le film La Crime dans lequel Claude Brasseur joue le rôle principal. "Ce n'est pas ça Brasseur, c’est autre chose."
INTERVIEW

Par ses grands rôles au cinéma et à la télévision, l'acteur Claude Brasseur a marqué des générations. Celui qui jouait dans Un éléphant ça trompe énormément ou plus récemment dans la comédie Campingest décédé mardi à l'âge de 84 ans. L'écrivain et réalisateur Philippe Labro, qui a tourné le film La Crime dans lequel Claude Brasseur détient le rôle principal, a rendu hommage à cet homme "d'un immense talent" mardi soir sur Europe 1. "Il n’a jamais voulu prendre une situation, une position de star", se souvient Philippe Labro.

Il avait réussi "à faire oublier" la légende de son père

"Dans cette génération, il y a eu une ou deux stars et en particulier bien sûr (Jean-Paul) Belmondo et (Alain) Delon. Mais ce n'est pas ça Brasseur, c’est autre chose... Sa simplicité, sa gentillesse, ça fait partie aujourd’hui de ce qui va devenir la grande nostalgie de ces années-là."

Claude Brasseur paraissait aussi à l'aise dans un film policier que dans une comédie. Philippe Labro décrit "un homme très doué" qui "appartenait à une dynastie" de comédiens, "les Brasseur". "Il l'a souvent dit", se rappelle le réalisateur. Ce dernier mentionne "son père bien sûr, Pierre, la légende (...) une énormité dans le monde du théâtre et du cinéma français des années 1930, 1940 et 1950", mais aussi son fils, Alexandre, "qui prolonge la même veine de jouer, d'exister en tant que comédien".

Mais pour Philippe Labro, Claude Brasseur avait justement réussi "à faire oublier" la légende de son père. "Claude a réussi à devenir un vrai personnage, une vraie vedette comme on disait autrefois. Il n'est pas une star, c’est une vedette, et d’ailleurs il refusait le mot 'star'. Il disait : 'Je suis un artisan et j’ai besoin des autres. Si je n’ai pas les autres avec moi, je ne vaux rien', ce qui était d’une grande humilité."

"L'intelligence du texte"

C'est aussi grâce à son travail et son talent que Claude Brasseur a pu se détacher de l'héritage de son père. "Il avait l’intelligence du texte", souligne Philippe Labro. "La manière dont Brasseur travaillait son texte, arrivait sur le plateau le lendemain en ayant des idées et en m’apportant à moi, metteur en scène, des transformations et des inventions, c’était tout à fait passionnant."

En 1977, Claude Brasseur avait reçu le César du meilleur acteur dans un second rôle pour la comédie Un éléphant ça trompe énormément, puis la consécration trois ans plus tard avec le César du meilleur acteur pour La guerre des polices. Au total, il aura tourné dans plus de 110 films en plus de 60 ans de carrière. Il sera inhumé à Paris et reposera aux côtés de son père, au cimetière du Père-Lachaise.

Europe 1
Par Yasmina Kattou, édité par Jonathan Grelier avec AFP