ARCHIVE - Claude Brasseur : "Le théâtre, c'est plus marrant que la réalité"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Claude Brasseur est mort mardi à l'âge de 84 ans. Issu d'une lignée d'acteurs, il avait tourné dans plus de 100 films. Invité d'Isabelle Morizet sur Europe 1 en 2017, il était, entre-autres, revenu sur sa découverte du théâtre et sur une passion qui, depuis son enfance, ne l'avait jamais quitté.
ARCHIVES

Plus de 90 films, deux César, des dizaines de pièces de théâtre. Le comédien Claude Brasseur, qui a marqué des générations avec plusieurs grands rôles au cinéma, dont Un éléphant ça trompe énormément, est décédé mardi à l'âge de 84 ans. Invité d'Isabelle Morizet sur Europe 1 en 2017, il était revenu sur sa découverte de la scène et la naissance de sa passion pour la comédie.

 

La première fois qu'il était entré dans un théâtre, il s'en souvenait comme si c'était hier. "Un jour ma grand-mère me dit 'on va aller voir papa travailler'. Ca m’emmerdait, mais enfin j’y suis allé." Son père n'est autre que le comédien Pierre Brasseur. Aller le voir au travail, c'est entrer dans le petit monde du théâtre. "Je tombe sur un immense truc doré avec plein de fauteuils vides. Mon père était en costume avec une cravate, mais il portait un casque et une épée. C’est la première fois de ma vie que j’assistais à une répétition. Je me suis dit que c’était vachement plus marrant que la réalité."

"Je jouais déjà bien la comédie quand j'étais enfant"

Une fois attrapé, le virus du théâtre ne l'a plus jamais quitté. "Ca peut paraitre prétentieux, mais ça ne l’est pas, je vous le jure : je jouais déjà bien la comédie quand j'étais enfant. Mais il a fallu que j’attende d’avoir 70 ans pour jouer la comédie comme un enfant." 

Son premier grand rôle, c'est à la télévision qu'il l'obtient, en incarnant François Vidocq dans Les Nouvelles Aventures de Vidocq, de 1971 à 1973. Claude Brasseur obtient ensuite la consécration avec Un éléphant, ça trompe énormément, d'Yves Robert, pour lequel il est sacré meilleur second rôle aux César de 1977. Trois ans plus tard, il obtient celui du meilleur acteur pour La guerre des polices

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview de Claude Brasseur au micro d'Isabelle Morizet par ici :

Un monument du cinéma français qui n'a toutefois jamais oublié son amour des planches. "Au théâtre, je donne tout. Je ne joue pas simplement pour le spectateur du premier rang, je joue aussi pour celui qui est au dernier rang du quatrième balcon. Il faut que je donne, que j’envoie, que je projette vocalement et gestuellement. Au cinéma, je n’ai rien à faire."

Europe 1
Par Laetitia Drevet