Covid-19 : "pas raisonnable d'organiser de grandes fêtes" en fin d'année, selon Castex

, modifié à
  • A
  • A
Jean Castex souhaite "pouvoir permettre un nouvel allégement" du confinement pour les vacances de Noël.
Jean Castex souhaite "pouvoir permettre un nouvel allégement" du confinement pour les vacances de Noël. © LUDOVIC MARIN / POOL / AFP
Partagez sur :
Pour le Premier ministre, si le confinement pourrait être allégé au moment des vacances de Noël, il ne serait "pas raisonnable d'organiser de grandes fêtes" en fin d'année. 

Le Premier ministre Jean Castex souhaite "pouvoir permettre un nouvel allégement" du confinement pour les vacances de Noël, mais juge "pas raisonnable d'espérer pouvoir organiser de grandes fêtes", notamment pour le réveillon du 31 décembre. 

"Notre objectif est de pouvoir permettre un nouvel allégement au moment des vacances de Noël", pour que les Français "puissent passer des fêtes de fin d'année en famille", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse. Mais elles ne pourront "pas se tenir de la même manière que d'habitude". "Il ne serait pas raisonnable d'espérer pouvoir organiser de grandes fêtes à plusieurs dizaines de personnes, notamment pour le réveillon du 31 décembre", a-t-il prévenu.

Les règles du confinement inchangées 

Lors de ce point presse, Jean Castex a annoncé "le maintien inchangé des règles du confinement au moins pour les 15 prochains jours", estimant que la récente tendance à la baisse du nombre de cas positifs était "fragile" et "à confirmer". "Il serait irresponsable de lever et même d'alléger le dispositif" de confinement pour l'instant, a ajouté le Premier ministre, appelant à la "prudence" en attendant de voir si ces résultats se confirment.

En revanche, le Premier ministre a indiqué que de "premières mesures d'allégement" pourraient intervenir au 1er décembre si la situation sanitaire s'améliore, mais elles seraient "strictement limitées aux commerces que nous avons dû fermer". "Leur réouverture ne pourrait s'envisager que sur la base d'un protocole renforcé" et cette première étape "ne pourra cependant pas concerner d'autres établissements recevant du public ou les risques de contamination sont par nature plus élevés, comme par exemple les bars, les restaurants et les salles de sport", a ajouté Jean Castex.