Covid-19 : le gouvernement veut vacciner 70 millions de personnes d'ici fin août

, modifié à
  • A
  • A
Les masques faits maison sont jugés insuffisamment filtrants face à l'apparition de nouveaux variants plus contagieux.
Les masques faits maison sont jugés insuffisamment filtrants face à l'apparition de nouveaux variants plus contagieux. © Thomas COEX / POOL / AFP
Partagez sur :
Le ministre de la Santé Olivier Véran a déclaré jeudi soir que l’objectif du gouvernement était d’avoir vacciné 70 millions de personnes, soit la totalité de la population française, d’ici la fin du mois d’août. Il a également demandé aux Français de ne plus utiliser de masques faits maison.

Le gouvernement sera "en mesure" de vacciner 70 millions de personnes contre le Covid-19 d'ici fin août, "si la totalité des vaccins commandés sont validés par les autorités sanitaires européennes et mondiales", a assuré jeudi le ministre de la santé, Olivier Véran.

"Probablement 1,3 à 1,4 million" de personnes vaccinées fin janvier

Le ministre, qui était l'invité du 20 heures de TF1, a dit s'attendre à ce que "probablement 1,3 à 1,4 million" de personnes soient vaccinées fin janvier, soit plus que le million annoncé. Ensuite, le nombre de personnes vaccinées monterait à "4 millions fin février, 9 millions au mois de mars, 20 millions à la fin d'avril, 30 millions à la fin mai, 43 millions à la fin du mois de juin, 57 millions à la fin du moins de juillet et 70 millions, c’est-à-dire la totalité de la population française, d’ici à la fin août", a-t-il énuméré.

Un changement de ton par rapport aux derniers jours

Le ministre s'était montré nettement plus prudent jeudi après-midi devant la commission des lois du Sénat. Il avait alors évoqué la cible de "15 millions de personnes vaccinées avant l'été", soit "une grosse partie de la population à risque de forme grave".

Mais en comptant "toutes les personnes qui sont en maladie chronique, plus les personnes âgées de 60 ans et plus, on est plus proches des 25 à 30 millions de personnes, ce qui veut dire que même avec la meilleure organisation et tous les approvisionnements qui arriveraient en temps et en heure, nous ne pourrions avoir vacciné tous les publics fragiles d'ici à l'été", avait-il ajouté pour expliquer la demande du gouvernement de poursuivre l'état d'urgence sanitaire jusqu'à l'automne.