Coronavirus : nos réponses à vos questions sur l'impact psychologique du confinement

  • A
  • A
Comment gérer l'impact psychologique du confinement, qu'on vive seul ou en famille ? (photo d'illustration)
Comment gérer l'impact psychologique du confinement, qu'on vive seul ou en famille ? (photo d'illustration) © AFP
Partagez sur :
L'être humain peut-il rester longtemps sans sortir ? Comment combattre l'angoisse et l'anxiété ? Comment gérer les situations de tension dans son couple ? Pour vous aider à mieux aborder une période sans précédent et qui devrait encore durer plusieurs semaines, Europe 1 répond à vos questions sur le confinement. 

Que vous vivez seul où en famille, en ville où à la campagne, vos habitudes ont forcément volé en éclat ces derniers jours. Les mesures de confinement prises pour limiter la propagation de l'épidémie de coronavirus plongent trois milliards de personnes à travers le monde dans une situation inédite : celle du confinement. Europe 1 recense quelques informations et conseils pour relativiser et apprendre à vivre au mieux cette période particulière, où il faut rester chez soi. Si la réponse à l'une de vos interrogations ne se trouve pas dans cet article, n'hésitez pas à nous écrire sur le compte Twitter d'Europe 1 #RadioOuverte ou appelez-nous au 3921 !

>> Les réponses à toutes vos questions sur le coronavirus, qu'elles concernent la santé, le confinement ou les enfants, sont à retrouver dans notre podcast dédié, "Ma question coronavirus". Il est disponible sur Europe1.fr, Apple podcasts et toutes vos plateformes d’écoute. 

Pourquoi les scientifiques recommandent-ils plusieurs semaines de confinement ? 

La mesure décidée par le gouvernement, sur le modèle de ce qui a été mis en place dans certaines zones touchées en Chine au début de l'année, doit d'abord faire ses preuves. En d'autres termes : on ne saura quand le confinement pourra être levé que lorsque la courbe épidémique, pour l'instant exponentielle, commencera à baisser. En Italie, où la contagion semble marquer un ralentissement deux semaines après le début du confinement, la stabilisation observée ne permet pour l'instant pas d'envisager un retour à la normale, selon les scientifiques. Retrouvez tous les détails ici

L'être humain est-il fait pour rester enfermé très longtemps ?

"Il est possible de vivre confiné pour de longues périodes", rassure Romain Charles, qui a participé au programme "Mars 500", une mission de l'Agence spatiale européenne confinée pendant un an et demi. Mais il reconnaît une différence de taille : les participants étaient tous volontaires. Pour ceux dont le caractère est moins compatible avec l'isolement, l'ingénieur recommande de toujours privilégier la communication si on vit en famille, et de se projeter dans la prochaine reprise d'activités normales si l'on est seul. Retrouvez tous les détails ici

Comment puis-je combattre l'angoisse et l'anxiété pendant le confinement ? 

"L'essentiel, c'est d'arriver à continuer à avoir des échanges sociaux, affectifs, familiaux, au téléphone ou avec d'autres moyens de communication", préconise Antoine Pelissolo, chef du service psychiatrie à l'hôpital Henri Mondor de Créteil. Des projets personnels source de bien-être à court terme, comme le bricolage ou le yoga, "sur lesquels on a une certaine prise", peuvent aussi permettre de combattre le sentiment d'impuissance qui génère l'anxiété. Retrouvez tous les détails ici. 

Puis-je continuer mes séances de psy pendant le confinement ? 

Si vous êtes en dépression, pas question de mettre fin à votre traitement habituel dans une période qui peut générer des troubles supplémentaires. Il vous faut prendre contact avec le spécialiste qui vous suit, pour convenir de la meilleure manière de poursuivre vos rendez-vous. Certains psychiatres continuent de recevoir à leur cabinet, en espaçant les patients, d'autres ont opté pour des consultations à distance... Mais dans tous les cas, le suivi doit être maintenu. Retrouvez tous les détails ici. 

Comment préserver son couple pendant le confinement ?

Pas toujours simple de passer d'un quotidien où l'on se voyait le matin, le soir et le week-end, à une vie à deux sans aucune interruption. Si vous êtes inquiets quant à l'impact du confinement sur votre couple, mieux vaut formuler les problèmes que de les laisser devenir des tensions, et se ménager du temps pour soi, même sous le même toit. Attention : ces moments ne doivent pas empiéter sur l'espace de l'autre, par exemple en écoutant de la musique qui pourrait le déranger. Retrouvez tous les détails ici. 

Comment faire si on est confiné et au bord de la rupture avec son/sa conjoint(e)?

Et si la situation était déjà tendue avant le confinement ? Catherine Blanc, psychanalyste et sexologue, conseille autant que possible de voir cette période comme "une occasion formidable" de mettre les choses à plat. Plus facile à dire qu'à faire, pensez-vous. Mais en "indécrottable optimiste", la spécialiste considère qu'un peu de temps seul face à son conjoint ou sa conjointe peut permettre de ne plus se comparer aux autres et de se rappeler, par exemple, des bons moments vécus en commun. Retrouvez tous les détails ici. 

Comment gérer l'abstinence pendant le confinement ? 

Lorsqu'on vit seul, la période de confinement est synonyme d'une abstinence sexuelle qui pourrait durer plusieurs semaines. Mais cela peut-être l'occasion de réfléchir à vos véritables envies : voulez-vous faire l'amour parce que la société vous enjoint à avoir des rapports réguliers, ou parce que vous en avez vraiment envie ? Et, le cas échéant, ne vous est-il pas possible d'attendre (un peu) ? Catherine Blanc recommande de se souvenir de son adolescence, lorsque le désir n'était pas forcément synonyme de satisfaction immédiate. Retrouvez tous les détails ici. 

Europe 1
Par Margaux Lannuzel