Coronavirus : pour les pompiers aussi, "c'est une vraie course aux masques"

, modifié à
  • A
  • A
Grégory Allione, 2:28
Coronavirus : "C'est une vraie course aux masques", déplore Grégory Allione, président de la fédération des pompiers de France. © Europe 1
Partagez sur :
En première ligne au contact de la population dans cette épidémie de coronavirus, on retrouve les sapeurs-pompiers. Le président de la fédération des pompiers de France Grégory Allione, sur Europe 1, appelle les citoyens à respecter les mesures de confinement. "Nous craignons cet afflux massif de victimes du Covid-19", explique-t-il. 
INTERVIEW

Pour tenter d'endiguer l'épidémie de coronavirus en France, les services publics sont sur le front. Outre les soignants, une profession est largement mobilisée : les sapeurs-pompiers. Ces derniers sont dans un contact quotidien avec la population, dans le cadre de leurs interventions de secours habituelles ou en soutien des soignants (gestes de premiers secours, transports...). Et eux aussi sont confrontés à la pénurie des équipements. 

"Les sapeurs-pompiers sont prêts à affronter mais, comme la plupart des personnels de santé, ils ont une capacité limité en masques", alerte Grégory Allione, président de la fédération des pompiers de France, sur Europe 1.

La course aux équipements de protections

"Actuellement, c’est la course aux masques, aux blouses, à la charlotte", confie-t-il. "Nous craignons cet afflux massif de victimes du Covid-19." Il en appelle à la décentralisation du pouvoir vers les autorités locales, notamment pour la réquisition de certains matériels de protection : blouses, charlottes, gants appartenant aux entreprises qui ont été contraintes de cesser leurs activités. 

"Nous essayons de les récupérer, avec une difficulté : le décret qui permet à l’ARS de tout réquisitionner nous empêche régulièrement d'avoir accès à ces stocks-là, réquisitionnés par ailleurs. Mais visiblement, il en manque toujours de partout. C’est une vraie course aux masques."

Respect du confinement 

Forts de leur constat sur le territoire du Grand Est, les sapeurs-pompiers estiment que si la situation vient à se généraliser sur le territoire, au moins 50% de leur activité sera dédiée au Covid-19. Pour cela, ils se préparent. "Nos personnels répètent tous les jours les gestes d’habillage, de déshabillage. On est aussi sur de la pédagogie : les sapeurs pompiers de France craignent pour eux et leur famille. Tous les protocoles de désinfection en cas de risques infectieux lourds, on les connait, on les pratique pour être prêts", explique Grégory Allione. 

Face aux comportements inciviques, voire provocants, d'individus qui ne respectent pas les mesures de confinement, le sapeur-pompier se veut pragmatique et optimiste. "Dans tout groupe humain, vous avez un pourcentage d’imbéciles qui se révèle en temps de crise. Nous avons des ambulances qui sont en ce moment même prises d’assaut car les gens pensent qu’il y a des masques en stock. Mais je dirais que 99% de la population soutient les héros en blouse blanche", positive Grégory Allione. 

Europe 1
Par Mathilde Durand