Concerts de Médine reportés : "une décision sage", pour l'avocate de certaines victimes

  • A
  • A
Le rappeur Médine se produira au Zénith de Paris, le 9 février prochain. 1:46
Le rappeur Médine se produira au Zénith de Paris, le 9 février prochain. © Photo Flickr @SeumShine
Partagez sur :
Sur Europe 1, vendredi, l'avocate de familles de victimes du 13-Novembre Caroline Wassermann a avancé la notion d'"ordre public" pour saluer la décision des organisateurs des concerts de Médine au Bataclan de les déplacer au Zénith, en février.
INTERVIEW

C'est pour elle une "satisfaction". Vendredi, les organisateurs des concerts du rappeur Médine au Bataclan, prévus les 19 et 20 octobre, ont annoncé qu'ils reportaient ces deux rendez-vous contestés au Zénith, en février prochain. "C'est une décision sage de déplacer ces concerts dans une autre salle", a salué Caroline Wassermann, avocate de quatre familles des victimes du Bataclan, au micro d'Europe 1. "Ce n'était pas du tout le lieu où il fallait que ça se passe."

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Il y a un problème d'ordre public et notamment l'ordre public moral", selon l'avocate, qui craignait que "des débordements ou des manifestations violentes aient pu avoir lieu dans le cadre, avant ou autour de ces concerts. Il me semble que les identitaires prévoyaient des manifestations fortes."

"Jurisprudence Dieudonné". Interrogée sur un éventuel problème de censure autour de la programmation de la salle parisienne, rouverte en novembre 2016 après la tuerie du 13-Novembre, Caroline Wassermann convoque la "jurisprudence Dieudonné" : "À partir du moment où un lieu est chargé d'une mémoire particulière, et que le concert pose une difficulté, ce n'est pas la question de la censure, c'est la question de l'ordre public". 

Le Bataclan doit accueillir des "concerts non-polémiques". Le Bataclan peut-il dès lors continuer à accueillir des concerts, quels qu'ils soient ? "On peut le rouvrir pour faire des concerts non-polémiques, il n'est pas question d'en faire un sanctuaire", rétorque-t-elle. "Il est question de respecter certaines mémoires."

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec