Avec Carbiolice, le plastique d'origine végétale devient biodégradable

  • A
  • A
1:19
Partagez sur :
Avec ses Trophées de l’Avenir, Europe 1 récompense chaque année des entreprises, des associations ou des collectivités locales pour leur audace, leur innovation et leur côté visionnaire. En lice pour le Trophée environnement, Carbiolice a mis au point un additif qui permet de rendre biodégradable le plastique d'origine végétale.

Et s'il était possible de jeter son pot de yaourt en plastique dans le compost de votre jardin ? C'est désormais le cas grâce à Evanesto, un additif naturel à base d'enzymes mis au point par la start-up Carbiolice, société nommée dans la catégorie environnement des Trophées Europe 1 de l'Avenir 2021.

Une dégradation en moins de 200 jours

Après quatre années de recherche et développement, Nadia Auclair et son équipe, composée d'une vingtaine de salariés, ont mis au point cet additif qui "permet de rendre entièrement biodégradables et compostables les emballages du quotidien", résume la présidente de Carbiolice. Intégré dès la fabrication des emballages plastiques d’origine végétale (PLA), Evanesto "s'active au moment où l'emballage est jeté dans un composteur en accélérant la biodégradation".

Concrètement, il faut moins de 200 jours pour dégrader un emballage en PLA, soit moins longtemps que les feuilles d'un arbre. D'après Carbiolice, une tonne d'Evanesto permet de dégrader 20 tonnes de déchets plastiques. 

Permettre de dégrader 5 milliards de pots de yaourt en 2025

"Notre solution permet de combiner les avantages du plastique tout en résolvant son impact sur l'environnement", ajoute encore Nadia Auclair, tout en précisant en être au "stade industriel" de production. Et ce ne sera pas de trop pour parvenir à son objectif de substituer en France 5 milliards de pots de yaourt non recyclables par des pots compostables en 2025.

Un objectif qui semble atteignable aux yeux de Bertrand Piccard, puisque sa fondation Solar Impulse a nommé Carbiolice comme l'une des 1.000 solutions pour changer le monde.

Europe 1
Par Ugo Pascolo