Au procès de son agresseur, "Marin lui a dit qu’il essayerait de lui pardonner"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Marin a fait face jeudi devant la cour d'assises des mineurs de Lyon à son agresseur, qui lui a présenté ses excuses, un moment qualifié "d'incroyable" par la mère de la victime.

Au deuxième jour du procès de l’agresseur de Marin, ce jeune de 22 ans devenu handicapé à vie après s’être interposé lors d’une agression en novembre 2016 à Lyon, l’audience à huis clos a donné lieu à un échange émouvant entre Marin et son agresseur, un adolescent à la dérive. "Marin lui a dit qu’il essayerait de lui pardonner, il lui a demandé de changer, d’évoluer en prison, parce que ce gamin ressortira de prison de toute façon un jour et il faudra qu’il soit différent, pour la société et pour lui", a confié la mère de Marin, Audrey, au micro d’Europe 1, en qualifiant ce moment "d’incroyable". 

"La présidente les a laissé se parler tous les deux", a rapporté pour sa part l'avocate de l'accusé. Et ils se sont parlés comme deux jeunes de 20 ans, s'appelant par leurs prénoms. "Un moment qui nous a tous envahis", poursuit l'un des avocats de Marin, Me Frédéric Doyez, à la sortie de l'audience.

"Pas d’excuses". "Il y a eu des excuses une fois que Marin lui a en demandées. Je les accueille avec beaucoup de réserves", a ajouté la mère de Marin. Selon elle, l’accusé a déclaré mercredi qu’il dormait bien la nuit : "Je ne sais pas comment on peut bien dormir quand on a fait ça. Je suis assez dubitative sur la prise de conscience de l’événement dramatique qui s’est passé quand on arrive à dormir la nuit", a-t-elle expliqué. "Je ne pense pas que ce qui s'est passé soit vraiment excusable (...) Il y a peut-être des explications mais pas d'excuses à ce qu'il s'est passé", poursuit cette femme d'une quarantaine d'années.

Au procès de son agresseur, "Marin lui a dit qu’il essayerait de lui pardonner"

Désormais, Audrey attend "une réponse ferme" de la justice, à savoir "une condamnation exemplaire". "Je ne pourrais pas me contenter de quelques années" de prison prononcées, a-t-elle dit. Le verdict est attendu vendredi soir.