Antisémitisme : les responsables des cultes appellent au "sursaut des consciences"

, modifié à
  • A
  • A
Les responsables de cultes et d'organisations laïques étaient réunis mardi au ministère de l'Intérieur.
Les responsables de cultes et d'organisations laïques étaient réunis mardi au ministère de l'Intérieur. © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partagez sur :
Au sortir d'une réunion au ministère de l'Intérieur mardi, les cultes et des organisations laïques ont dénoncé les actes antisémites qui "meurtrissent la France toute entière".

Les responsables des cultes et d'organisations laïques appellent au "sursaut des consciences" face à l'antisémitisme en France, dans une déclaration commune lue à l'issue d'une réunion mardi avec le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. Cette déclaration intervient avant la tenue de rassemblements dans tout le pays pour dire "non à l'antisémitisme" et après la profanation d'un cimetière juif alsacien.

La France "meurtrie". "Parce que la paix et la concorde civile sont notre bien commun le plus précieux, parce que nos valeurs communes sont plus fortes que nos divergences, nous en appelons à un sursaut des consciences, et à l'engagement de chacun pour lutter fermement contre toute expression antisémite, contre toutes les formes de haine qui sont la négation même de ce qui fait la France", assurent les signataires. Les actes antisémites "meurtrissent la France toute entière", ont ajouté les représentants de tous les cultes (juif, catholique, protestant, orthodoxe, musulman, bouddhiste), les principales obédiences franc-maçonnes et les organisations laïques, dans cette déclaration lue par le président de la Fédération protestante de France, François Clavairoly.

"Ni excuse ni banalisation". "L'antisémitisme est un délit, jugé par l'Histoire et condamné par la loi. Il ne souffre ni excuse ni banalisation", soulignent-ils. "Face à la haine et à l'exclusion, face à la tentation du repli et au déni, face aux peurs, face à la recherche permanente de boucs émissaires, face à la stigmatisation, nous devons en conscience répondre par une ambition, à la fois civique, spirituelle et humaniste, de partager et poursuivre, ensemble, notre destin commun", estiment-ils.