Allocation de rentrée scolaire : "On aimerait que les classes soient prises en compte, pas l'âge"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Sur Europe 1, Johan Jousseaume, responsable éducation à la Confédération syndicale des familles, pointe les inégalités de l'allocation de rentrée scolaire versée jeudi.
INTERVIEW

L'allocation de rentrée scolaire (ARS) qui aide les parents à payer les fournitures et les dépenses de scolarité de leurs enfants, est versée jeudi. Mais pour Johan Jousseaume, responsable éducation à la Confédération syndicale des familles (CSF), invité d'Europe 1 jeudi, "une meilleure modulation" de cette aide est nécessaire.

Une aide modulée en fonction des tranches d'âge. Actuellement, l'aide est versée en fonction de la tranche d'âge des élèves : de 367,73 euros pour les 6-10 ans à 401,47 euros pour les 15-18 ans. "C'est une aide bienvenue pour les familles et notamment pour les 6-10 ans où elle couvre les frais de rentrée et les frais de la scolarité comme la cantine ou les transports", explique Johan Jousseaume. "Au collège c'est assez satisfaisant aussi puisque les frais de rentrée sont couverts, tout comme une partie des frais de l'année, même si c'est insuffisant", poursuit-il. Le plus gros problème concerne les lycéens. "C'est relativement insuffisant", déplore le responsable éducation de la confédération syndicale des familles, car "l'allocation de rentrée scolaire ce n'est pas seulement le temps de rentrée, elle doit aussi permettre de répondre aux besoins des familles durant l'ensemble de la scolarité". 

Le problème de la filière professionnel professionnelle. Le problème est encore plus flagrant dans la filière professionnelle. "Il y a du matériel spécifique, notamment dans la cuisine ou l'esthétique, où les listes sont très très longues. On demande deux ou trois costumes, des chemises, des couteaux... Et on voit des listes qui peuvent coûter jusqu'à 700 ou 800 euros et l'aide n'est pas modulée sur ces enseignements", indique Johan Jousseaume. 

"Meilleure modulation". De manière générale, le responsable éducation à la Confédération syndicale des familles appelle à une "meilleure modulation" de l'ARS. "On aimerait prendre en compte non pas l'âge, mais les classes. Aujourd'hui, un lycéen qui rentre en Terminale et qui a plus de 18 ans ne perçoit pas l'ARS par exemple", regrette-t-il. Enfin, Johan Jousseaume appelle les écoles à être "raisonnables" dans leur liste et pousse les parents et les enfants à "réutiliser" certaines fournitures comme les règles, les compas et les équerres.