Air France : "On veut faire notre travail dans des conditions décentes et satisfaisantes"

, modifié à
  • A
  • A
3:52
© JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
Le président du syndicat de pilotes Alter a évoqué la possibilité d'un nouveau mouvement de grève chez Air France, jeudi sur Europe 1. Même si ce n'est pas "l'objectif", assure-t-il toutefois.
INTERVIEW

Le bras de fer est relancé chez Air France. Alors que le comité central d'entreprise s'est réuni jeudi matin, l'intersyndicale a remis la pression sur sa direction. "Nous avons profité de cette délocalisation du CCE pour nous faire entendre", explique François Hamant, président du syndicat de pilotes Alter, au micro de Raphaëlle Duchemin et Pierre de Vilno sur Europe 1.

"L'objectif n'est pas la grève." "Le conflit n'a été que suspendu. La revendication de rattrapage de salaires perdure", lâche-t-il. "L'objectif n'est pas la grève. Nous, on veut faire notre travail dans des conditions décentes et satisfaisantes", assure-t-il avant de compléter : "Si la direction se décide enfin à répondre à une préoccupation affichée depuis le 22 février, il n’y aura pas de mouvement." Dans le cas contraire, "il y'en aura certainement un".

Alors que Benjamin Smith, le nouveau directeur général d'Air France-KLM, n'a pas encore pris ses fonctions, les négociations sont pour le moment suspendues. Pourtant "KLM négocie bien, dans son entité juridique, des salaires malgré l’absence de PDG de la holding", souligne François Hamant : "On ne peut pas dire à Air France 'vous n’avez pas le droit de négocier parce qu’il n’y a pas de PDG de la holding' quand, dans le même temps, c’est possible chez KLM."

 

>> De 12h30 à 14h, La France bouge avec Raphaëlle Duchemin sur Europe 1. Retrouvez le replay de l’émission ici

"Fort possible" que la direction d'Air France soit "la plus butée du monde". "Nous avons entendu ici ou là que la France est le théâtre de l’exercice syndical le plus débile du monde. (...) Est-ce que, à Air France, on n’a pas la direction la plus butée du monde ? C’est fort possible", assène-t-il en guise de conclusion.

Europe 1
Par Grégoire Duhourcau