Affaire Thomassin : un nouveau suspect pour le meurtre de la postière

, modifié à
  • A
  • A
Le meurtre avait été commis le 19 décembre 2008 dans l'agence postale de Montréal-la-Cluse, dans l'Ain.
Le meurtre avait été commis le 19 décembre 2008 dans l'agence postale de Montréal-la-Cluse, dans l'Ain. © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :
L'affaire Thomassin, du nom de Gérald Thomassin, ex-espoir du cinéma français, a connu un rebondissement ces derniers mois, avec la mise en examen d'un homme de 29 ans.

L'affaire du meurtre d'une postière de l'Ain en 2008, dans laquelle l'ex-espoir du cinéma français Gérald Thomassin est soupçonné depuis plusieurs années, a connu récemment un rebondissement avec la mise en cause d'un nouveau suspect, selon des sources concordantes.

Un homme mis en examen. Un homme de 29 ans a été mis en examen en mai pour "meurtre aggravé et vol avec arme", avant d'être placé en détention provisoire. Selon une source proche de l'enquête, il "conteste avoir donné la mort" à la victime, admettant "avoir pénétré dans le local, avoir trouvé le corps de la victime ensanglanté et avoir volé de l'argent". Les enquêteurs sont remontés jusqu'à lui grâce à "un profil ADN" retrouvé sur les lieux du crime, commis le 19 décembre 2008 dans l'agence postale de Montréal-la-Cluse, dans l'Ain, a ajouté la même source.

La victime frappée de 28 coups de couteau. Catherine Burgod, 41 ans, avait été retrouvée dans une mare de sang, dans une pièce jouxtant le guichet. Cette mère de deux enfants, enceinte de cinq mois et demi, avait été frappée de 28 coups de couteau, arme qui n'a jamais été retrouvée. Son agresseur avait pris la fuite en emportant de l'argent. Selon une autre source proche de l'enquête, le suspect, âgé de 19 ans au moment des faits et originaire de la région, a déclaré ne connaître ni Gérald Thomassin, ni un autre homme mis en examen en 2017 pour "complicité", et "ne pas les avoir vus" sur les lieux des faits.

Césarisé en 1991 pour Le Petit Criminel avant de tomber dans la marginalité, l'acteur de 43 ans est mis en examen depuis 2013 pour ce meurtre. Suspecté peu après les faits puis relâché faute de preuves, des aveux téléphoniques à son frère - dans lesquels il confessait "Je vais aller dire que c'est moi qui l'ai tuée" - avaient précipité son interpellation. Gérald Thomassin et le trentenaire soupçonné d'avoir été son complice restent mis en examen à ce stade, selon les mêmes sources.