Affaire Théo : l'agresseur "risque de ne pas être puni", s'inquiète le jeune homme

, modifié à
  • A
  • A
Théo, 1280x640
Théo a été agressé par quatre policiers le 2 février 2017. © Capture d'écran LCI
Partagez sur :

Le jeune homme, violemment interpellé à Aulnay-sous-Bois en février dernier, s'est confié jeudi sur LCI, dix mois après les faits. 

Le 2 février dernier, Théo, jeune homme de 22 ans, avait été violemment interpellé à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. À la suite de ces faits, quatre policiers ont été mis en examen, dont un pour viol. Dix mois plus tard, le jeune homme se confie sur son quotidien et son inquiétude quant à l'issue de la procédure judiciaire. 

Des "moments de solitude". "Il y a des moments dans la journée où j'ai envie de voir personne. J'ai mes petits moments de solitude", explique le jeune homme jeudi sur LCI. "Les médecins m'ont dit que je pouvais reprendre ma vie comme avant. Par conséquent, j'ai essayé de le faire mais c'est pas possible. Je ne peux plus faire de sport", assure-t-il. 

"Cette personne risque de ne pas être punie". "Lorsqu'une personne se fait violer et qu'on interpelle l'auteur des actes, la satisfaction, c'est de savoir que la personne qui a commis le viol va être punie", poursuit le jeune homme avant de faire part de sa crainte. "Mais, dans mon cas, ils ont vu la personne qui a fait l'acte. Mais cette personne risque de ne pas être punie." Malgré l'affaire et les difficultés de son quotidien, Théo est prêt à accorder son pardon. "Je suis croyant et Dieu pardonne tout le monde. Donc, si Dieu pardonne, je ne peux pas ne pas pardonner." 

Retrouvez l'interview de Théo ci-dessous en vidéo :