Affaire Fiona : "Je n'ai jamais frappé mes enfants", se défend Cécile Bourgeon

, modifié à
  • A
  • A
Cécile Bourgeon a été entendue devant la cour d'assises du Rhône. 1:36
Cécile Bourgeon a été entendue devant la cour d'assises du Rhône. © JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :
Au procès de la disparition de la petite Fiona, cette fillette de 5 ans dont le corps n'a jamais été retrouvé depuis 2013, l'audition de la mère, Cécile Bourgeon, a été le point d'orgue de la journée de jeudi. Plutôt silencieuse sur la dernière soirée de Fiona, Cécile Bourgeon a dit n'avoir "jamais frappé" ses enfants pour se défendre.

C'est une audition très attendue qui a eu lieu jeudi au procès de l'affaire Fiona. En 2013, la disparition à Clermont-Ferrand de cette petite fille de 5 ans avait bouleversé la France. Son corps n'a jamais été retrouvé. Sa mère, Cécile Bourgeon, et son ex-compagnon avaient fait croire à son enlèvement, avant d'avouer l'infanticide. C'est sur le soir du drame que Cécile Bourgeon a été entendu devant la cour d'assises du Rhône. "Je n'ai jamais frappé mes enfants", s'est-elle défendue. Mais pour le reste, elle n'a pas dit grand-chose.

"Je ne sais plus", répète sans cesse Cécile Bourgeon

Elle semble loin, jeudi, la Cécile Bourgeon bavarde et loquace des premiers jours. Celle qui depuis le début du procès aime à décrire sa vie quotidienne et sa relation avec les autres - à l'aide d'anecdotes parfois insignifiantes - a disparu. À la place, la femme compte ses mots, hésite et dit ne pas se souvenir. "Je ne sais plus", répète-t-elle sans arrêt au président.

"Un gros hématome sur le haut du visage"

L'histoire de cette soirée est pourtant celle des derniers instants de sa fille. Cette dernière la passe dans son lit, après avoir reçu des coups de la part de son beau-père pendant la journée. "Un coup de genou, oui, c'est ça. Il lui a donné un coup de genou dans le thorax et aussi une claque sur la joue qui lui fait un gros hématome sur le haut du visage et autour de l'œil", bredouille Cécile Bourgeon. Ces quelques mots décrivent pourtant le calvaire qu'a vécu Fiona ce soir-là et plusieurs jours auparavant, comme le souffre-douleur d'un couple qu'elle semblait gêner par sa simple présence.

Cette nuit-là, Fiona vomira plusieurs fois avant de décéder le lendemain matin. Tout à coup, Cécile Bourgeon fait une déclaration qui interroge : "Je voudrais m'excuser auprès de Fiona. Elle ne méritait pas ce qui lui est arrivée. Elle avait toute la vie devant elle et je n'ai pas su la protéger."

Europe 1
Par Jean-Luc Boujon, édité par Jonathan Grelier