À Vesoul, une religieuse privée de logement dans une maison de retraite parce qu'elle porte le voile

, modifié à
  • A
  • A
Soeur religion catholique (2000x1000) DAVID ADEMAS / AFP 1:29
© DAVID ADEMAS / AFP
Partagez sur :
Une maison de retraite de Vesoul a indiqué à la sœur Marie-Dominique qu'elle devait se départir de son habit religieux et de son voile si elle voulait accéder à une place en maison de retraite. Le curé de la ville dénonce une forme de "christianophobie" et des principes de laïcité "qui ne sont pas compris".
REPORTAGE

C'est une histoire qui vient nourrir un peu plus le débat sur la laïcité et les signes d'appartenance religieuse dans l'espace public : à Vesoul, en Haute-Saône, une religieuse s'est vu refuser une place en maison de retraite sous prétexte qu'elle portait l'habit et surtout le voile. Selon le curé de la ville, cet épisode relève d'une "christianophobie".

"Respect de la laïcité"

Révélée par France Bleu, l'affaire remonte à l'année dernière, lorsque sœur Marie-Dominique, qui a passé toute sa vie de religieuse dans un couvent dans la Drôme, entreprend des démarches pour s'installer dans une maison de retraite, dans sa Haute-Saône natale. Elle dépose alors un dossier dans un établissement géré par le CCAS, le centre communal d'action sociale, dépendant de la mairie de Vesoul.

Il y a un an, elle se retrouve sur liste d'attente. L'été dernier, un courrier de la mairie l'informe que "dans le respect de la laïcité, tout signe ostentatoire d'appartenance à une communauté religieuse ne peut être accepté en vue d'assurer la sérénité de toutes et de tous". Autrement dit, la sœur peut obtenir une place mais elle devra remiser son habit religieux et son voile.

Un problème de légalité ?

"La religieuse a refusé la place qui lui était proposée, elle n'a pas voulu accepter le règlement intérieur qui est le même pour tout le monde" explique Claude Ferry, président du CCAS, au média régional. Contacté par Europe 1, l'observatoire de la laïcité s'interroge sur la légalité de ce courrier, étant donné que la neutralité religieuse est toujours demandée aux agents des services publics, mais jamais à leurs usagers.

De son côté, sœur Marie-Dominique ne souhaiterait pas se départir de son voile, selon la paroisse. Dans le même temps, le curé lui a trouvé un appartement où elle vit désormais seule.

Le maire regrette "une erreur d'appréciation"

Mardi, le maire de Vesoul, Alain Chrétien (Agir), a regretté mardi "une erreur d'appréciation". Il a souligné dans un communiqué que "ni le règlement des résidences, ni les principes de laïcité auxquels nous sommes attachés, n'empêchent cette soeur d'accéder à un logement".

Europe 1
Par Arthur Helmbacher, à Vesoul, édité par Thibaud Le Meneec