Meilhon : les surveillants de prison grognent

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Le syndicat Ufap-Unsa de la prison de Vezin-le-Coquet, près de Rennes, a demandé mercredi que Tony Meilhon, le meurtrier présumé de la jeune Laetitia, soit pris en charge dans un établissement psychiatrique, après une nouvelle tentative de suicide de sa part. Arrêté le 20 janvier, Tony Meilhon, 31 ans, a absorbé des médicaments mardi alors qu'il était détenu à la prison de Vezin-le-Coquet (Ille-et-Vilaine). Il était toujours hospitalisé au CHU de Rennes mercredi matin. Son pronostic vital n'est pas engagé.

Le syndicat pénitentiaire demande dans un communiqué que Tony Meilhon "soit pris en charge par des professionnels du médical dans un établissement psychiatrique et non plus par des professionnels de sécurité dans un établissement pénitentiaire". "Le pire a été évité grâce à l'intervention rapide des agents affectés dans son secteur", souligne également le syndicat, majoritaire dans l'établissement.

"Nous demandons à ce que la prison ne soit pas la roue de secours" des établissements psychiatriques, où les places sont limitées, a en outre confié à l'agence France-Presse un représentant syndical. "Notre vocation est de garder, pas de donner des soins psychiatriques", a-t-il insisté.