70.000 sans-abri ont trouvé un logement durable en 2018, selon le gouvernement

, modifié à
  • A
  • A
Le plan du gouvernement passe par la construction de HLM aux loyers très bas, les logements "très sociaux", et d'autres méthodes comme l'intermédiation locative.
Le plan du gouvernement passe par la construction de HLM aux loyers très bas, les logements "très sociaux", et d'autres méthodes comme l'intermédiation locative. © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partagez sur :
L'an dernier, "70.000 personnes à la rue ou hébergées sont sorties vers le logement social ou le logement adapté - pensions de famille, intermédiation locative", assure le gouvernement vendredi.

Quelque 70.000 personnes sans domicile ont trouvé un logement durable l'an dernier, a annoncé vendredi le gouvernement, dressant un premier bilan de son plan d'aide aux sans-abri le jour de la sortie du rapport annuel sur le mal-logement de la Fondation Abbé Pierre. 

Des HLM à loyers très bas et des aides de l'État. "Les premiers résultats des actions mises en place sur l'ensemble du territoire démontrent l'efficacité de la démarche 'Logement d'abord'", estime dans un communiqué le ministère du Logement. Ce plan, lancé l'an dernier pour toute la durée du quinquennat d'Emmanuel Macron, vise à trouver durablement un logement aux personnes sans-abri, au-delà des hébergements d'urgence. Il passe par la construction de HLM aux loyers très bas, les logements "très sociaux", et d'autres méthodes comme l'intermédiation locative : les propriétaires privés louent leur logement à des associations qui le sous-louent en retour à une personne en difficulté, l'Etat apportant une aide complémentaire.

L'an dernier, "70.000 personnes à la rue ou hébergées sont sorties vers le logement social ou le logement adapté - pensions de famille, intermédiation locative", met en avant le ministère dans son communiqué.

 

Des critiques de la Fondation Abbé Pierre. Ce bilan est publié le jour de la sortie du 24e rapport sur le mal-logement de la Fondation Abbé Pierre, organisation de lutte contre la pauvreté, qui était présenté ce vendredi en présence du ministre du Logement Julien Denormandie. La fondation, qui met l'accent cette année sur le risque accru pour les personnes sortant d'institutions (prison, aide sociale à l'enfance, hôpital psychiatrique) de se retrouver sans-abri, adresse de multiples critiques contre la politique du gouvernement en matière de logement. Elle pointe les économies budgétaires demandées au monde HLM, ainsi qu'une politique fiscale jugée insuffisamment favorable en matière d'aide à la rénovation énergétique.

 

Des objectifs modestes et peu de moyens. "Le rapport de la Fondation Abbé Pierre n'est pas tendre avec la politique fiscale du gouvernement mais il met en avant d'autres points où il salue même l'action du gouvernement", a relativisé vendredi matin Julien Denormandie sur la radio Franceinfo, faisant notamment référence au plan "Logement d'abord". Toutefois, "la mise en place 'accélérée' du 'Logement d'abord' se déploie en réalité assez lentement", a nuancé en conférence de presse Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre. 

"Il est difficile de tirer un bilan après à peine un an (…), mais quelques traits communs émergent : des objectifs modestes, sans moyens à la hauteur et portés par des équipes motivées mais rarement avec un portage politique au plus haut niveau", a-t-il détaillé.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP