Le vaisseau Soyouz avec le premier robot humanoïde russe ne parvient pas à s'arrimer à l'ISS

  • A
  • A
Le vaisseau n'a pas pu s'arrimer à l'ISS à l'heure prévue en raison de "défaillances" dans le système d'arrimage de cette dernière (photo d'archives).
Le vaisseau n'a pas pu s'arrimer à l'ISS à l'heure prévue en raison de "défaillances" dans le système d'arrimage de cette dernière (photo d'archives). © JODY AMIET / AFP
Partagez sur :
Il s'agit d'un nouvelle déconvenue pour le secteur spatial russe qui a enchaîné ces dernières années humiliants accidents et scandales de corruption

Le vaisseau spatial Soyouz avec à son bord le robot humanoïde Fedor, le premier à être envoyé par la Russie dans l'espace, n'est pas parvenu à s'arrimer samedi à la Station spatiale internationale (ISS), un nouveau revers pour le secteur spatial russe.

Une réunion d'urgence en cours

Prévu pour 5h30 GMT en régime automatique, l'arrimage n'a pas eu lieu et le vaisseau a dû s'éloigner de l'ISS à une "distance de sécurité", ont précisé les agences de presse russes citant le Centre russe de contrôle des vols spatiaux (Tsoup). La retransmission en direct de l'arrimage sur le site internet de l'Agence spatiale russe (Roskosmos) a été interrompue au moment où le Soyouz se trouvait à une distance d'une centaine de mètres de la Station.

Le vaisseau n'a pas pu s'arrimer à l'ISS à l'heure prévue en raison de "défaillances" dans le système d'arrimage de cette dernière, selon une source au sein de l'industrie spatiale russe citée par l'agence de presse publique RIA Novosti. Une réunion d'urgence visant à décider une éventuelle deuxième tentative d'arrimage était en cours au Centre de contrôle des vols spatiaux, selon la même source.

Une série de déconvenues

Il s'agit d'un nouvelle déconvenue pour le secteur spatial russe qui a enchaîné ces dernières années humiliants accidents et scandales de corruption. Ainsi, en octobre dernier, un accident est survenu sur un Soyouz quelques minutes après son décollage, contraignant les spationautes à son bord - l'Américain Nick Hague et son collègue russe Alexeï Ovtchinine - à un atterrissage d'urgence. Ce fut le premier échec dans l'histoire des vols habités de l'ISS.

Le vaisseau transportant le robot a décollé jeudi du cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan. Censé arriver à l'ISS samedi matin, Fedor, dont le numéro d'identification est Skybot F850, devait y rester dix jours pour revenir sur Terre le 7 septembre.

Ce robot, au corps anthropomorphe argenté, mesure 1,80 m de haut et pèse 160 kg. Son nom correspond à l'acronyme de "Final Experimental Demonstration Object Research" et fait référence au prénom russe Fiodor. Il dispose de comptes sur les réseaux sociaux Instagram et Twitter, qui détaillent sa vie quotidienne, par exemple lorsqu'il apprend à ouvrir une bouteille d'eau.

Les + lus