Coronavirus : le pape se dit "proche" des malades lors d'une prière diffusée en vidéo

  • A
  • A
pape
Le pape a pour la première fois récité sa traditionnelle prière dominicale de l'Angélus par vidéo. © Alberto PIZZOLI / AFP
Partagez sur :
Le Vatican a voulu éviter la propagation du coronavirus avec un rassemblement des fidèles, obligeant le pape François à prononcer dimanche sa prière de l'Angélus depuis sa bibliothèque, retransmise par vidéo. "Je suis proche par la prière des personnes qui souffrent de l'actuelle épidémie de coronavirus et de tous ceux qui les soignent", a-t-il souligné. 

Le pape François, qui a pour la première fois récité sa traditionnelle prière dominicale de l'Angélus par vidéo depuis sa bibliothèque privée, s'est déclaré "proche" des malades du coronavirus et de leur personnel soignant. Le souverain pontife a également convenu que cette prière prononcée par un pape "en cage dans sa bibliothèque" était "un peu étrange". Cette mesure annoncée samedi avait été fixée pour "éviter les risques de diffusion" du coronavirus.

"Mais je vous vois, je vous suis proche!" a-t-il ajouté, avant de venir saluer à la toute fin, depuis la fenêtre du Palais apostolique surplombant la place Saint-Pierre, les fidèles en rangs clairsemés qui l'avaient suivi sur des écrans vidéo. 

Le pape a aussi demandé aux fidèles de prier pour le peuple syrien

Après la prière de l'Angélus, le pape a eu une pensée plus spécifique pour les personnes affectées par le coronavirus dans le monde. "Je suis proche par la prière des personnes qui souffrent de l'actuelle épidémie de coronavirus et de tous ceux qui les soignent", a-t-il souligné, lui qui souffre lui-même d'un simple rhume depuis une dizaine de jours.

Le pape a demandé aussi dimanche aux fidèles de prier avec lui pour "le peuple syrien, et plus particulièrement pour les habitants du nord-ouest du pays contraints de fuir". "Je réitère ma grande appréhension pour la situation inhumaine de ces personnes sans défense, parmi les lesquelles tant d'enfants qui risquent leur vie. On ne doit pas détourner le regard face à cette crise humanitaire", a insisté gravement le pape, en saluant des associations qui aident les Syriens.