Vaccination, gestes barrières... Peut-on encore prendre la flambée épidémique de vitesse ?

, modifié à
  • A
  • A
La vaccination de la population peut freiner la reprise épidémique d'ici la rentrée. (Image d'illustration) 1:26
La vaccination de la population peut freiner la reprise épidémique d'ici la rentrée. (Image d'illustration) © JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :
Les dernières données épidémiologiques en France montrent une augmentation rapide du taux d’incidence au Covid-19, sur l'ensemble du territoire et dans toutes les tranches d'âge. Pour autant, les hospitalisations n'ont pas encore été impactées par cette reprise épidémique, et poursuivent leur décrue.
DÉCRYPTAGE

Les dernières données épidémiologiques montrent une augmentation du taux d’incidence partout et dans toutes les tranches d’âge. L’Agence européenne des maladies parle, d’ici le 1er août, d’une multiplication par cinq des contaminations. Lundi, la barre des 10.000 cas quotidiens a été refranchie pour la première fois depuis la fin mai. Ce qui est inquiétant, explique Santé publique France, c’est davantage la tendance que le nombre de cas. En une semaine on est passé d’un taux d’incidence de 25 à 40 cas sur 100.000 habitants partout en France. Cette incidence est particulièrement marquée chez les 10-39 ans.

Aller plus vite que le virus

La situation se dégrade en Occitanie, en Île-de-France et en région PACA, notamment dans les départements des Pyrénées-Orientales et en Haute-Corse. Mais les indicateurs hospitaliers sont encore à la baisse. Il s’agit donc d’une course contre la montre, explique à Europe 1 Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital Raymond Poincaré de Garches. "Sur un plan épidémiologique, la situation est préoccupante, elle nécessite un suivi, elle nécessite d'avoir des indicateurs. Elle ne l'est pas encore à l'hôpital et il faut tout faire pour que, finalement, la vaccination ait raison du virus et dépasse la ligne d'arrivée avant que le Covid-19 nous ait, lui, rattrapé", enjoint-il. 

Maintenir les gestes barrière

"Il n’y a pas de fatalité", a également martelé Santé publique France. Seules solutions dans cette période estivale de brassage de population : la prévention et la vaccination. En maintenant les gestes barrière, en limitant les situations à risque, en s’isolant dès les premiers symptômes, avant de faire un test rapide, et en allant se faire vacciner. À ce jour plus de 28 millions de français ont une couverture vaccinale complète.

Europe 1
Par Virginie Riva