"On va revivre" : le soulagement des patients à risque, néo-éligibles au vaccin anti-Covid

  • A
  • A
Depuis samedi, la vaccination est ouverte à toutes les personnes majeures, souffrant de maladies chroniques. 1:32
Depuis samedi, la vaccination est ouverte à toutes les personnes majeures, souffrant de maladies chroniques. © ULISES RUIZ / AFP
Partagez sur :
Depuis samedi, la vaccination contre le Covid-19 est ouverte à toutes les personnes majeures, souffrant de maladies chroniques, soit près de quatre millions de Français, et sans ordonnance. Un soulagement pour beaucoup, comme pour David, rencontré par Europe 1 samedi matin en région parisienne. Reportage.
REPORTAGE

Emmanuel Macron l’a annoncé vendredi : les personnes de plus de 18 ans souffrant de maladies chroniques, comme l’obésité, le diabète, les pathologies cardiovasculaires ou antécédents d'AVC sont désormais éligibles à la vaccination contre le Covid-19. Plus besoin non plus de prescription médicale pour avoir droit à sa dose. Alors samedi matin, à la sortie d’un centre de vaccination de région parisienne, David sautillait presque de joie.

"Un premier pas vers la liberté !"

Asthmatique et souffrant d'obésité, ce quadragénaire a pris rendez-vous juste à la suite des dernières annonces du chef de l’Etat, après des mois d'attente. "Enfin !", lâche-t-il au micro d’Europe 1. Surtout qu’en arrivant au centre de vaccination samedi matin, il n’était pas très confiant : "On a toujours ce doute 'est ce qu'ils vont nous laisser rentrer ?'. Comme la mesure a été annoncée hier (vendredi) et qu'on n'a pas forcément une ordonnance… Mais j'étais même prêt à monter sur la balance", sourit-il.

Pour David, qui recevait sa première dose, le processus de vaccination a duré une vingtaine de minutes. "Un premier pas vers la liberté !", lance le gestionnaire hôtelier, qui n'envisageait pas le déconfinement sans vaccin, tout comme son épouse qui, elle, est diabétique. La peur va donc quitter le couple pendant ses sorties, mais aussi leurs proches qui n'osaient pas venir les voir.

"Ca va être le grand soulagement à la maison"

"Mon épouse va venir cet après-midi pour se faire vacciner à son tour. Elle a réussi à avoir un créneau en dernière minute. Donc ce soir, ça va être le grand soulagement à la maison. On peut toujours avoir le Covid, mais sans forme grave. Et on peut, entre guillemets, rencontrer du monde, reprendre des transports, aller dans des endroits où on n'allait plus. On va commencer à revivre", s’enthousiasme David.

Sa seconde dose est programmée pour le 12 juin, juste à temps pour profiter de la troisième levée prévue des dernières restrictions sanitaires. Comme lui, quatre millions de personnes souffrant de maladies chroniques en France sont désormais éligibles à la vaccination. Elles s’ajoutent aux plus de 55 ans qui y ont eux aussi droit. En revanche, pour les personnes entre 50 et 55 ans, il faut patienter jusqu’au 15 mai.

Europe 1
Par Marion Gauthier, édité par Léa Leostic