Migraine : une nouvelle cause identifiée par une équipe française

, modifié à
  • A
  • A
1:30
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Partagez sur :
La découverte de scientifiques français quant à l'une des causes de la migraine chez certains patients devrait permettre d'élaborer de nouveaux traitements.

Une nouvelle cible potentielle pour soigner la migraine vient d'être identifiée. Cette avancée devrait intéresser beaucoup de monde, puisque la migraine concerne un Français sur cinq, soit 6 à 10 millions de personnes, et on ne parle pas là du simple mal de tête mais de la vraie maladie migraineuse qui revient de façon chronique, parfois quasi tous les jours chez certains malades. Des chercheurs français, notamment du CNRS et de l'Université Côte d'Azur, viennent de publier une étude qui permet de mieux comprendre le phénomène qui déclenche les crises.

De petits canaux. Selon ces chercheurs, l'un des points-clés pour expliquer les crises de migraine sont de petits canaux présents dans notre cerveau, appelés canaux ioniques. Leur rôle est de créer et de contrôler l'activité électrique entre nos neurones, pour qu'ils communiquent correctement entre eux. Or cette équipe vient de montrer, dans une forme génétique de migraine, qu'il peut y avoir un dysfonctionnement de ces canaux. Chez certains patients, ils contrôlent moins bien l'activité électrique, et ne jouent plus leur rôle de résistance en quelque sorte. Résultat : les neurones sont sur-stimulés, surexcités, ce qui aboutit à une migraine.

>> De 5h à 7h, c’est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Freiner l'activité électrique des neurones. L'un des objectifs de la recherche scientifique, désormais, est de mettre au point des médicaments ciblant ces canaux, comme l'indique à Europe 1 Guillaume Sandoz, directeur de recherche au CNRS et co-auteur de l'étude. "Le but de ces médicaments serait de venir activer ces canaux, ce qui entraînerait un frein sur l'activité électrique des neurones impliqués dans la crise de migraine", explique-t-il. "Il y a un vrai espoir d'élaborer de vrais anti-migraineux. Il faut savoir que dans certains cas, les patients savent qu'ils vont avoir une migraine parce qu'ils ont des 'auras'. On pourra donc prévenir la mise en place de la migraine."

Un traitement dans les prochaines années. Il existe déjà une molécule qui agit sur ces canaux, pas encore sur le marché, mais dont les tests vont pouvoir se mettre en place rapidement : dès le mois prochain chez l'animal, et d'ici un an chez l'homme. Si les résultats sont concluants, un traitement pourrait arriver sur le marché dans cinq ans. 

Europe 1
Par Mélanie Gomez, édité par Romain David