Les bons gestes à adopter en cas de fièvre infantile

  • A
  • A
Main d'adulte avec main d'enfant (1280x640) pixabay 3:21
Le thermomètre auriculaire est une méthode de mesure fiable, en cas de fièvre. (Photo d'illustration) © Pixabay
Partagez sur :
Alors que l'hiver approche, le docteur Jimmy Mohamed donne ses conseils pour soigner un enfant fiévreux, qu'il soit encore nourrisson ou un peu plus âgé. 
EUROPE 1 VOUS ACCOMPAGNE

C'est la période des virus pour les enfants et les adultes, et donc, de la fièvre. Pour les parents, il n'est pas toujours simple de savoir quand s’inquiéter quand son enfant est fiévreux. "La définition est claire, unique et consensuelle", assure pourtant le docteur Jimmy Mohamed, sur Europe 1.  On peut donc parler de fièvre "au-dessus de 38 degrés, en l'absence d'activité physique intense, chez un enfant normalement couvert, exposé à une température ambiante tempérée", précise-t-il. 

En cas de fièvre, il est conseillé d'adopter les bons gestes. "Si votre enfant a quatre couvertures sur lui, il peut avoir 38 de fièvre mais il ne peut pas avoir 39. Parfois, les parents me disent que leur enfant a été bien couvert mais qu'il a 39,5. Cela signifie qu'il y a une infection en cours", explique le docteur Jimmy Mohamed. 

Privilégier le thermomètre rectal ou auriculaire 

Si vous pensez que votre enfant a de la fièvre, comment en être certain ? "Chez l'enfant, la méthode de référence, c'est la voie rectale", explique le médecin, qui conseille cette méthode de mesure pour les enfants âgés de "deux, trois ans ou de quelques mois". Jimmy Mohamed constate pourtant des réticences chez certains parents craignant de faire mal à leur enfant. "Je trouve beaucoup plus gênant qu'un parent ne sache pas que son enfant a de la fièvre plutôt que de lui mettre un thermomètre dans les fesses", lance le docteur. 

Il existe bien une autre méthode de référence : le thermomètre à insérer dans l'oreille. "Il mesure la température centrale donc on n'a pas besoin d'ajouter des degrés. Mais il faut avoir la bonne technique : il faut bien mettre l'embout du thermomètre au fond de l'oreille. Si vous n'allez pas au fond, vous aurez une température superficielle", conseille Jimmy Mohamed. 

Alors, quand s'inquiéter ? "La majorité des fièvres chez l'enfant est plutôt virale. Elle ne justifie aucun examen particulier et s'améliore dans les 72 heures", rassure le médecin, qui tient à rappeler que "la fièvre n'est que le symptôme d'une infection sous-jacente ou d'une maladie". 

Observer le comportement et l'état de son enfant 

Néanmoins, la fièvre peut être un signal d'alarme à prendre sérieusement en compte, notamment quand elle concerne un enfant de moins de trois mois. Jimmy Mohamed préconise alors une "consultation en urgence car cela peut être le reflet d'une infection bactérienne".

Autre cas de figure : quand l'enfant est immuno-déprimé, drépanocytaire ou diabétique. Enfin, en cas de "signes de mauvaise tolérance" qui se perçoivent au faciès de l'enfant, la fièvre doit inquiéter. "Un enfant pâle avec les lèvres bleutées, un contact inquiétant, qui ne joue plus, qui est somnolent, geignard, douloureux, plaintif, avec les extrémités froides et la peau marbrée : tous ces éléments, pris séparément, doivent vous amener à consulter. Au moindre doute, vous passez un coup de fil à votre médecin", lance le médecin. Si l'enfant n'est pas dans ces situations, "on peut donner du paracétamol mais seulement si la température est mal tolérée", recommande Jimmy Mohamed, qui délivre par ailleurs trois conseils. 

Donner à boire, aérer et retirer les couvertures  

"On lui donne à boire régulièrement, on retire les couches superficielles, on ne les met pas en couche et on aère la pièce", explique-t-il. Le docteur estime également que les bains frais ne sont pas utiles. "C'est très mal toléré car le système cardiovasculaire des nourrissons est plus fragile, donc ils peuvent faire des malaises dans le bain", signale-t-il. 

Europe 1
Par Tiffany Fillon