Les "bobos" de la plage : 3 mauvais réflexes à éviter

  • A
  • A
Partagez sur :
Alors que les vacances d’été se profilent, le Dr Jimmy Mohamed vous donne 3 conseils pour soigner des maux courants que vous pouvez rencontrer à la plage ou à la piscine.

Les grandes vacances, tant attendues par les enfants et leurs parents, arrivent enfin. Mais avec elles, les "bobos" de la plage peuvent aussi être de retour. Coup de chaleur, piqûre de méduse ou hydrocution… êtes-vous bien sûr de savoir quoi faire pour les éviter et comment réagir ? Le Dr Jimmy Mohamed, chroniqueur dans Sans Rendez-Vous, l’émission santé d’Europe 1, tous les jours de 15h à 16h, vous donne quelques conseils.

Le vrai coup de chaleur est très rare

Si vous avez passé l’après-midi en plein soleil, sans chapeau, et qu’en rentrant chez vous, vous avez une légère fièvre - 38° ou 38,5° -, pas de panique : il ne s’agit sûrement pas d’une insolation. Le véritable coup de chaleur provoque une forte fièvre (40°), avec des vomissements et un malaise qui survient au cours de l’exposition.

Le coup de chaleur touche dans la majorité des cas de jeunes enfants, des bébés - qui dépendent des adultes pour s’hydrater – et les personnes âgées. En temps normal, si vous vous hydratez correctement lorsque vous vous exposez au soleil, le coup de chaleur est exceptionnel.

Pas de pipi sur la piqûre de méduse

Si vous vous faites piquer par une méduse à la plage, contrairement à une croyance largement répandue, il est inutile de faire pipi sur la plaie. Il faut la rincer à l’eau de mer et surtout pas à l’eau claire qui risquerait de faire exploser les tentacules accrochés à votre peau, libérant encore plus de poison.

Vous pouvez ensuite appliquer du sable sec sur la plaie puis racler doucement avec un morceau de carton pour retirer les tentacules. Enfin, sachez que le venin de la méduse est thermolabile, c’est-à-dire qu’il est sensible à la chaleur. Vous pouvez donc approcher une cigarette, en prenant garde de ne pas vous brûler, pour le détruire.

Le mythe des 2 heures pour éviter l’hydrocution

Si vous aussi, vos parents vous ont interdit pendant toute votre enfance d’aller vous baigner après le déjeuner "pour éviter l’hydrocution", vous risquez de leur en vouloir un peu… L’hydrocution, c’est ce malaise qui peut survenir lorsque vous entrez dans la mer ou la piscine.

Mais la proximité du repas n’entre en compte que pour 1% des hydrocutions, assure le Dr Jimmy Mohamed. Ce qui provoque l’hydrocution, c’est le changement brutal de température entre le milieu extérieur, lorsque vous êtes au bord de la piscine ou sur la plage, et le moment où vous allez rentrer dans une eau plus froide.

Donc, que vous ayez mangé, un peu, beaucoup ou pas du tout, ce qui importe c’est de rentrer progressivement dans l’eau et de se mouiller petit à petit les parties du corps pour s’habituer au changement de température.