Le Propecia, un médicament contre la calvitie aux effets secondaires graves : "Depuis 13 ans, j'ai l'impression d'être au fond du trou complet"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Baisse de la libido et des fonctions érectiles, dépression, idées suicidaires... Une dizaine d'hommes ayant traité leur calvitie avec du finastéride, connu aussi sous le nom de Propecia, lancent une procédure judiciaire pour défaut d'information. Les effets secondaires de ce médicament toujours sur le marché peuvent être définitifs.
TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Problèmes sexuels, musculaires, dépression, et même idées suicidaires... sont autant d'effets secondaires subis par les personnes qui prennent du finastéride, connu aussi sous le nom de Propecia. Ce médicament contre la chute des cheveux, sur le marché en France contre la calvitie chez l'homme depuis 1999, n'est pas sans risques. C'est pourquoi une dizaine de victimes lance une procédure judiciaire contre ce médicament aux effets néfastes souvent irréversibles, selon les informations d'Europe 1. 

Le Propecia, un médicament contre la calvitie aux effets secondaires graves : "Depuis 13 ans, j'ai l'impression d'être au fond du trou complet"

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Des effets indésirables définitifs. La particularité de ce traitement est que les effets indésirables décrits par ces hommes, âgés parfois de seulement 20 à 25 ans, sont bien souvent définitifs. C'est-à-dire que malgré l'arrêt du médicament, les dégâts sexuels ou d'ordre psychiatriques persistent.

À cause du finastéride,  une molécule qui a une action sur le système hormonal masculin, certain patients auraient des problèmes d'érection, de libido, ou seraient en dépression sévère, alors même qu'ils ont arrêté le Propecia depuis plus de 10 ans.

Entendu sur europe1 :
Personne ne peut troquer 15 ou 20 ans de sa vie, peut-être même encore 40 ans pour moi, pour des cheveux

D'importantes conséquences sur la vie personnelle. C'est le cas de Julien, 40 ans, il a pris du finastéride, en 2006. À cette époque, il est en parfaite santé, il commence juste à perdre un peu ses cheveux. Son généraliste lui conseille donc de prendre du Propecia. Au bout de seulement quelques semaines, il ressent comme un crash dans sa tête et dans son corps, un crash dont il paye encore les conséquences.

"Depuis 13 ans, j'ai l'impression d'être au fond du trou complet et de ne pas pouvoir remonter la pente avec une perte de libido, une perte d'érection, des maux de tête, une déprime, des idées suicidaires, des nuits de trois à quatre heures...", égrène Julien au micro d'Europe 1. "On perd ses amis, on perd sa famille et ensuite on perd sa femme. On ne peut plus travailler, on ne rapporte plus d'argent dans le foyer et on ne peut plus faire l'amour. Du coup, votre compagne s'éloigne, c'est logique. Toutes ces années qu'on perd, tout l'argent qu'on perd, c'est énorme. Je vais être obligé de vendre ma maison à cause de ça. Personne ne peut troquer 15 ou 20 ans de sa vie, peut-être même encore 40 ans pour moi, pour des cheveux."

Des effets mal connus. Julien, comme tous les autres, assure que si quelqu'un lui avait parlé des risques à l'époque, il n'aurait jamais pris ces comprimés. C'est dans la presse, il y a à peine un an, qu'il a fait le lien entre le médicament et son état catastrophique. À travers le monde, on rapporte même au moins 25 cas de suicide qui pourraient être liés au finastéride, quelques hommes auraient même développé un cancer du sein.