LA QUESTION SEXO - Est-ce normal d’avoir des doutes au début d’une relation ?

  • A
  • A
© pixel2013 / Pixabay
Partagez sur :
Dans l’émission "Sans Rendez-Vous" sur Europe 1, la sexologue Catherine Blanc répond à une auditrice qui se demande si son compagnon, avec qui elle est depuis six mois, n’est pas avec elle que pour le sexe.

>> A partir de quel moment une relation devient-elle suffisamment solide pour que les doutes commencent à s’envoler ? Pour être certain que son ou sa partenaire ne se contente pas d’une relation simplement base sur le sexe. La sexologue et psychanalyste Catherine Blanc profite d’une question d’une auditrice pour répondre à ses interrogations.

La question de Noémie

Voilà plus de six mois que j’ai rencontré un homme génial. Nous nous entendons merveilleusement, relationnellement et sexuellement. Ceci dit, je me suis soudain inquiétée s’il était avec moi juste pour coucher. A ma question, il m’a répondu : "c’est un risque à prendre". Me voilà perdue, qu’en pensez-vous ?

Les réponses de Catherine Blanc

On peut toujours se poser la question du pourquoi. Mais ce qui est intéressant, c’est que si on se pose cette question, c’est que soi-même on se pose la question. Parce que sinon on vit les choses. On ne se dit pas ‘tiens, pourquoi l’autre est avec moi’. On est toute à son affaire, à cette relation. Tout d’un coup, elle se dit ‘mais si il était avec moi que pour coucher avec moi’… Au bout de six mois, c’est une curiosité quand même.

Dès lors qu’on est dans une relation et qu’on créé un lien et d’une certaine manière d’attachement et donc de dépendance, on craint ce qui pourrait faire l’indépendance de l’autre. Et l’abandon. On a beau avoir la réponse, on a toujours nos doutes qui sont là, qui nous taraudent. Tout dépend aussi de ce qu’a été sa vie d’avant. Est-ce qu’elle a été quittée, est-ce que les choses se sont arrêtées brusquement ou pas ? Y a-t-il dans sa vie d’enfance des traumatismes, des abandons ? Je crois que ça raconte surtout son inquiétude personnelle qui va bien au-delà de la relation. Parce qu’elle a sa réponse quant à la qualité du lien.

La réponse de con compagnon - "c’est un risque à prendre" - n’est-elle pas maladroite ?

C’est taquin. C’est une façon de dire : ‘arrête de poser des questions’. Si les hommes se laissent toujours embarquer dans les questions féminines, ils se perdent, ils se noient. On peut être quand même assez douées à mettre du doute, à les obliger. Là, Noémie cherche la flatterie, en fait. Elle cherche le compliment, elle cherche le ‘je t’aime’. Elle cherche des choses qui la confortent.

Europe 1
Par Catherine Blanc