Homéopathie : un premier avis prône le déremboursement

, modifié à
  • A
  • A
L’homéopathie consiste en l’administration régulière de substances dosées en quantité infinitésimale.
L’homéopathie consiste en l’administration régulière de substances dosées en quantité infinitésimale. © FRED TANNEAU / AFP
Partagez sur :
La Commission de transparence de la Haute autorité de santé estime dans un avis préliminaire que l'efficacité des traitements homéopathiques n'a jamais été scientifiquement prouvée.  

La Commission de transparence de la Haute autorité de santé (HAS) estime que l'homéopathie ne doit plus être remboursée par la Sécu, car son efficacité n'est pas prouvée, selon un avis préliminaire dévoilé vendredi par le journal Le Monde. La conclusion de cet avis, qui précède de quelques semaines l'avis définitif, avait été révélée mercredi par le journal Libération, avant que Franceinfo en fasse à son tour mention jeudi. Mais Le Monde est le premier média à publier des passages du texte, censé demeurer confidentiel pour des raisons juridiques.

La Commission de transparence de la HAS donne "un avis défavorable au maintien de la prise en charge par l'Assurance maladie des médicaments homéopathiques", selon un extrait de l'avis préliminaire publié par le quotidien. "Aucune étude n'a démontré la supériorité en termes d'efficacité [...] de l'approche homéopathique par rapport à des traitements conventionnels ou au placebo", est-il souligné dans l'avis. La HAS n'a pas souhaité faire de commentaires sur "un avis qui est provisoire et confidentiel".

 

La réponse des laboratoires attendue

Selon la procédure, l'avis a été transmis aux trois laboratoires concernés (le leader Boiron, Lehning, Weleda) pour qu'ils puissent faire valoir leurs arguments durant une "phase contradictoire". Ce n'est qu'à l'issue de cette phase contradictoire que sera rendu l'avis définitif de la HAS, sur lequel le gouvernement s'appuiera pour décider ou non de dérembourser l'homéopathie. La HAS a pour objectif de rendre cet avis définitif en juin. Boiron a indiqué vendredi avoir reçu l'avis préliminaire jeudi, et confirmé la recommandation "défavorbale" au maintien du remboursement des produits homéopathiques par l'assurance maladie.

Le groupe français avait suspendu son cours de Bourse jeudi, dénonçant une "violation du secret de la procédure". "Le fait qu'un média puisse être informé de la teneur de cet avis confidentiel constitue une violation du secret de la procédure d'évaluation en cours, remettant potentiellement en cause sa régularité", avait estimé Boiron dans un communiqué. Le géant lyonnais de l'homéopathie, dont le chiffre d'affaires dépend à 60% du marché français, a fait savoir que la cotation de son titre reprendrait lundi, à l'ouverture de la Bourse de Paris.

Controversée au sein du corps médical, l'homéopathie consiste à administrer des substances en quantité infinitésimale, en vue de soigner certaines affections. Certains médicaments sont remboursés à 30%, bien que leur efficacité n'ait pas été évaluée scientifiquement. En 2017, le remboursement de l'homéopathie a représenté 129,6 millions d'euros sur un total de 19,9 milliards pour l'ensemble des médicaments remboursés, selon l'Assurance maladie.