Vers le déremboursement de l’homéopathie ? "Quand un médicament n'est pas efficace, on arrête de le rembourser"

  • A
  • A
La Haute Autorité de Santé a étudié 120 médicaments homéopathiques.
La Haute Autorité de Santé a étudié 120 médicaments homéopathiques. © AFP
Partagez sur :
Dans un avis dévoilé jeudi, la Haute autorité de Santé recommande de ne plus rembourser les granules homéopathiques. Une bonne nouvelle, estime sur Europe 1 Matthieu Calafiore, généraliste et maître de conférences à Lille.
RÉACTION

Les médicaments homéopathiques sont dans le viseur de la Haute Autorité de Santé. Dans un projet d'avis envoyé aux laboratoires fabricant ces médicaments, dévoilé jeudi par France Info, l'instance, qui a étudié 1.200 médicaments homéopathiques, recommande de ne plus les rembourser pour cause de "service médical rendu insuffisant". Aujourd’hui certaines granules sont remboursées à hauteur de 30 %.

C'est le ministère de la Santé qui avait réclamé cet avis, après une polémique entre médecins pro et médecins anti-homéopathie. En outre, l'an dernier, 124 professionnels de santé avaient signé une tribune contre les médecines alternatives.

"Ça donne du crédit à toutes les autres décisions que l'on prend sur le médicament"

"Le préavis de la Haute autorité de santé montre, qu'a priori, on s'orienterait vers un déremboursement de l'homéopathie uniquement au titre de son absence de preuve scientifique d'efficacité au delà de l'effet placebo", se réjouit au micro d'Europe 1 Matthieu Calafiore, généraliste et maître de conférences à Lille, ouvertement anti-homéopathie.

"Ça donne du crédit à toutes les autres décisions que l'on prend sur le médicament", ajoute-t-il. "C'est à dire que quand un médicament n'est pas efficace ou qu'il n'a pas pu faire la preuve de son efficacité, on arrête de le rembourser pour se concentrer sur ce qui a fait ses preuves et allouer les fonds de la Sécurité sociale sur des choses qui ont fait leur preuve."