Délai, alternative, fonction... ces idées reçues sur la pilule du lendemain

  • A
  • A
© Santé Publique France
Partagez sur :
Seul 1% des moins de trente ans connaissent le délai maximum d'utilisation de la contraception d'urgence. Une campagne entend mettre fin à cette désinformation.
ON DÉCRYPTE

Les Français, et principalement les jeunes, connaissent mal la contraception d'urgence. Seulement 1% des moins de trente ans savent, par exemple, que le délai maximum d'utilisation de la "pilule du lendemain", qui porte ainsi mal son surnom, est de cinq jours.

"La contraception d'urgence doit être prise si possible dans les douze heures après un rapport non ou mal protégé mais elle peut être prise dans les trois jours ou cinq jours selon le médicament utilisé", rappelle Santé publique France, qui lance cette semaine une campagne d'information sur le sujet.

"Une discussion avec le pharmacien aide à choisir"

Une grande enquête réalisée en 2016 montrait en effet que 40% des moins de 30 ans pensaient à tort "que la contraception d'urgence est efficace uniquement si elle est prise dans les 24h". Beaucoup estiment également que l'on ne peut plus la prendre au-delà de trois jours. La confusion viendrait d'un déficit d'informations, d'où cette campagne. Mais elle vient aussi probablement de la présence en pharmacie de deux sortes de pilule : l'une qui peut se prendre jusqu'à 72 heures, l'autre jusqu'à 120 heures.

 

"Les deux ont les mêmes critères d'efficacité et celle efficace à 120 heures est même un peu plus efficace. C'est pourquoi une discussion avec le pharmacien aide généralement à choisir la bonne contraception selon la situation", explique à Europe 1 Delphine Rahib, chargée d'étude à Santé publique France.

"Une solution de rattrapage"

Autre idée reçue à balayer : la pilule du lendemain ferait avorter. C'est totalement faux, car sa fonction est de bloquer ou de retarder l'ovulation. Enfin, peu de Français sont au courant qu'une autre méthode très efficace existe : la pose d'un stérilet au cuivre, là aussi dans les cinq jours suivant un rapport sexuel non protégé. Sil est parfois compliqué de prendre rendez-vous chez un gynécologue, il est tout de même possible de se le faire poser dans un Planning familial.

La contraception d'urgence "constitue une solution de rattrapage qui permet de réduire le risque de grossesse non prévue" mais "ne constitue pas une méthode de contraception régulière", précise toutefois Santé publique France.