Comment bien choisir son sport en fonction de ses maux ?

, modifié à
  • A
  • A
Depuis mars 2017, les médecins sont encouragés à prescrire de l'activité physique à leurs patients.
Depuis mars 2017, les médecins sont encouragés à prescrire de l'activité physique à leurs patients. © TONY KARUMBA / AFP
Partagez sur :
La Haute autorité de santé a publié un guide mercredi pour inciter les médecins à prescrire davantage de sport. Mais avant de prendre rendez-vous, Europe 1 vous donne quelques conseils pour choisir votre activité.
EUROPE 1 VOUS ACCOMPAGNE

"On ne soigne pas seulement avec le médicament ou le bistouri" : la Haute autorité de santé a publié mercredi un guide pour faciliter la prescription de sport sur ordonnance par les médecins. Les recommandations concernent six maladies chroniques : surpoids et obésité, diabète de type 2, hypertension artérielle, bronchopneumopathie chronique obstructive, maladie coronaire stable et accidents vasculaires cérébraux. Mais du simple mal de dos aux troubles digestifs, en passant par la dépression, l'activité physique se révèle très souvent bénéfique pour le corps. À condition toutefois de choisir le bon sport. Europe 1 vous guide dans cette démarche.

Europe 1 vous recommande toutefois d'aller voir un médecin. Depuis mars 2017, ils sont encouragés à prescrire de l'activité physique à leurs patients. Désormais, ils bénéficient surtout d'outils pratiques comme un questionnaire d'aptitude ou une grille d'évaluation des risques et de la condition physique, afin de clairement définir quel sport est fait pour vous.

Si vous souffrez d'obésité

Dans ce cas, l’objectif est d'abord "de reprendre progressivement une activité, de réduire la perte de masse musculaire lors de la phase d’amaigrissement et d’éviter une reprise de poids après celle-ci", note la Haute autorité de santé dans son guide. Et la HAS d'inciter le médecin à conseiller à ses patients en surpoids davantage d'activités de la vie quotidienne, mais aussi des sports tels que la marche nordique, la natation, ou encore l'aquagym.

Si vous souffrez de troubles digestifs

Un Français sur cinq souffre de douleurs digestives chroniques : ballonnements, crampes, flatulences… Pour vous faciliter la vie, rien de mieux que de muscler votre abdomen. Et cela tombe bien, cette partie du corps est sollicitée dans l'immense majorité des sports ! Pour cette fois, laissez-vous donc guider par le plaisir, tant que la pratique de cette activité reste modérée.

À éviter quand même : les sports d’endurance, type running, vélo, triathlon, natation

Si vous souffrez du dos

Halte aux idées reçues : en cas de mal de dos, rester immobile ne soulagera pas vos douleurs. Certains sports peuvent au contraire les apaiser. C'est notamment le cas de la natation, qui a ceci de bénéfique qu'elle n’entraîne ni chutes, ni coups, ni sauts pouvant entraîner ou aggraver des lésions. Dans ce cas, privilégiez le crawl ou le dos, qui incitent à être gainé et allongé. À l’inverse, évitez la brasse et le papillon.

Les pilates, la gym, la marchenordique et le yoga permettent aussi d’étirer les muscles lombaires et ainsi de soulager le dos. Enfin, la course à pied n'est pas forcément mauvaise, à condition d'avoir les bonnes chaussures, un bon équilibre, et d'y aller doucement.

À éviter : sports de raquettes, basket, handball, corde à sauter

Si vous souffrez du genou

Si vous avez mal au genou, privilégiez les activités dites "à faible impact", qui n'exercent qu'une faible pression sur les articulations du bas du corps. Comme pour les personnes souffrant de problèmes de dos, les disciplines idéales restent donc la natation - privilégiez le crawl et évitez absolument la brasse - le yoga ou encore les pilates. Le vélo peut être une très bonne solution s'il n'est pas pratiqué sur des forts dénivelés ou des terrains accidentés. Et pourquoi pas mélanger tout cela et opter pour l'aquagym ou l'aquabike ?

Quant à la course, là encore, l'activité doit répondre à certaines conditions : un terrain souple, comme de l’herbe par exemple, des efforts modérés, avec des chaussures ayant un amorti suffisant.

À éviter : trail, volley, basket, hand, football, tennis, rugby, danse, ski, judo, step, escalade…

Si vous souffrez de stress ou de dépression

De nombreuses études ont déjà prouvé les bienfaits d'une activité physique régulière pour lutter contre les symptômes de la dépression et de l’anxiété.

Les plus efficaces sont les sports d’endurance et ceux dits de sérénité : yoga, pilates, stretching.

Si vous souffrez de troubles du sommeil

Pour bien dormir, il faut d'abord bien se dépenser. Là encore, peu importe le sport pratiqué… C'est surtout l'horaire qui compte. Si vous êtes sujets à des insomnies, sortez plutôt vos baskets le matin, le midi ou en début d'après-midi plutôt que le soir avant de vous mettre au lit.

Pour plus d'informations, le Médicosport-santé, réalisé sous l'égide du Comité national olympique et sportif français, permet aussi de savoir quelles disciplines peuvent être utiles face aux maladies cardiovasculaires, aux cancers et autres affections liées au métabolisme. On y apprend ainsi que la natation ou le vélo sont efficaces pour combattre le diabète, que l'escrime est particulièrement conseillée pour des femmes opérées d'un cancer du sein, ou que le tennis, pratiqué selon un protocole précis, est censé amoindrir les risques d'accident cardio-vasculaire.