Tour de France, sapin de Noël : Schiappa dénonce les décisions "rabat-joie" des maires EELV

, modifié à
  • A
  • A
Marlène Schiappa 1:14
Tour de France, sapin de Noël : Schiappa dénonce les décisions "rabat-joie" des maires EELV © Europe 1
Partagez sur :
Alors que les récents propos de maires EELV sur le Tour de France et les sapins de Noël ont suscité la polémique, Marlène Schiappa a dénoncé des positions "navrantes", dimanche sur Europe 1. "Je trouve que toutes les décisions qui sont prises par les maires EELV sont rabat-joie", a lancé la ministre chargé de la Citoyenneté. 
INTERVIEW

Depuis quelques jours, les propos des maires écologistes agitent l'opinion publique. Grégory Doucet, maire de Lyon, avait déclaré le Tour de France "machiste et polluant". Quant au maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, il avait indiqué son souhait de ne pas installer de sapin de Noël, "un arbre mort", sur la place Pey-Berland à l'occasion des fêtes. "Je trouve ça navrant", réagit Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté, invitée du Grand Rendez-vous sur Europe 1. 

"Des décisions ridicules"

"Je trouve que toutes les décisions qui sont prises par les maires EELV depuis qu'ils sont aux responsabilités sont rabat-joie", dénonce-t-elle. "On a vraiment l'impression que tout ce qui amène un peu joie, de cohésion, de fête, ils souhaitent l'interdire". "Ce sont des décisions ridicules", ajoute-t-elle. 

"Quand on nous explique qu'on ne va plus décorer d'arbres de Noël parce qu'on aime pas les 'arbres morts', scoop : il existe des sapins en pot, une possibilité de planter des sapins", rétorque Marlène Schiappa. "On peut planter un sapin qu'on laisse là toute l'année. Il y a des choses à faire." 

"Ce sont des gens qui se revendiquent de gauche mais qui cela prive quand on supprime les décorations de Noël dans l'espace public, quand on ne veut pas que le Tour de France passe par sa ville ? Ce sont les familles les plus modestes qui sont privées", ajoute la ministre. 

"S'indigner et interdire"

Quant au Tour de France, la ministre ironise. "Le féminisme cela n'a jamais été interdire aux hommes de faire du vélo". Avant d'ajouter : "je suis favorable aux transitions. Il y a des grandes compétitions sportives qui sont polluantes comme le Tour de France, les 24 heures du Mans, mais elles évoluent. Il y a de la recherche sur les véhicules à hydrogène, le Tour de France évolue sur la place des femmes pour mieux les valoriser." 

"Politiquement, le projet d'EELV c'est s'indigner et interdire", déplore Marlène Schiappa. "Rien de positif n'a été proposé. L'écologie mérite mieux que ces mesures ridicules."

Europe 1
Par Mathilde Durand