Syrie : l'ONU et Washington réclament l'arrêt des opérations militaires

  • A
  • A
Syrie, Deraa, armée syrienne, 2015 crédit : STR / AFP - 1280
Le patron de l'ONU et Nikki Haley ont appelé Moscou à faire pression sur la Syrie pour que l'offensive cesse sur la province de Deraa (image d'archives). © STR / AFP
Partagez sur :

Le patron de l'ONU, Antonio Guterres, et l'ambassadrice des États-Unis ont dénoncé la violation du cessez-le-feu par l'armée syrienne et appelé la Russie à faire pression sur son allié pour que l'offensive cesse sur le sud de la Syrie.

Le régime syrien doit cesser ses opérations militaires dans le sud de la Syrie, ont réclamé vendredi le patron de l'ONU Antonio Guterres et l'ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Nikki Haley, qui a demandé à Moscou de faire pression en ce sens sur Damas.

Le patron de l'ONU demande "un arrêt immédiat de l'escalade". "Le secrétaire général [de l'ONU] est gravement préoccupé par l'escalade militaire récente, incluant des offensives terrestres et des bombardements aériens, dans le sud-ouest de la Syrie", indique un communiqué de son porte-parole, Stéphane Dujarric. "Des milliers de personnes" ont fui, la majorité se rapprochant de la frontière jordanienne, mettant en jeu la sécurité régionale.

Antonio Guterres "appelle à un arrêt immédiat de l'escalade militaire actuelle et exhorte toutes les parties prenantes à respecter leurs obligations" internationales "dont la protection des civils et des infrastructures civiles", précise le communiqué.

L'ONU en appelle à la Russie. "Les violations du régime syrien du cessez-le-feu dans le sud-ouest de la Syrie doivent s'arrêter", a aussi souligné dans un communiqué Nikki Haley. "Nous nous attendons à ce que la Russie fasse sa part pour faire respecter et assurer l'application du cessez-le-feu qu'elle a contribué à établir". Et "utilise son influence pour mettre un terme à ces violations du régime syrien et à toute autre déstabilisation dans le sud-ouest et à travers la Syrie", a ajouté la diplomate américaine.

Une condamnation de l'UE. L'Union européenne avait aussi dénoncé dans la journée l'offensive lancée par le régime syrien dans la province de Deraa (sud-ouest de la Syrie) contrôlée par les forces rebelles et appelé les alliés de Damas à faire cesser les hostilités pour éviter un drame humanitaire. La région est une des zones de cessez-le-feu créée par l'accord conclu à Astana en mai 2017 et parrainé par la Russie, l'Iran et la Turquie.

Une fuite massive de la région en trois jours. Plus de 12.000 Syriens ont fui au cours des trois derniers jours la province de Deraa (sud), contrôlée majoritairement par les rebelles et cible de bombardements du régime de Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). La guerre en Syrie, entrée dans sa huitième année le 15 mars, a fait plus de 350.000 morts et jeté sur les routes des millions de personnes.