Stéphane Le Foll propose un "manifeste des socialistes français et européens"

  • A
  • A
Stéphane Le Foll dénonce la "centralité" du pouvoir macronien.
Stéphane Le Foll dénonce la "centralité" du pouvoir macronien. © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
L'ancien ministre de l'Agriculture socialiste défend une "croissance 'sûre'" et dénonce "l'omniprésence, la centralité" du pouvoir macronien.

L'ex-député PS Stéphane Le Foll proposera aux militants un "manifeste des socialistes français(e) et européen(e)s", dans lequel il défend une "croissance 'sûre'" et dénonce "l'omniprésence, la centralité" du pouvoir macronien. Le maire du Mans présentera douze propositions portant sur le développement durable, la lutte contre les nationalismes, les populismes et les inégalités, lors du séminaire de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains (FNESR), de jeudi à samedi à La Rochelle.

Le Foll critique "la centralité du pouvoir" d'Emmanuel Macron. Dans son manifeste, l'ancien ministre de l'Agriculture alerte sur l'exercice du pouvoir d'Emmanuel Macron, caractérisé selon lui par une logique du "plébiscite permanent", "l'omniprésence, la centralité du pouvoir, la méfiance vis-à-vis des contre-pouvoirs", "l'hypercentre" et "la primauté de l'élection présidentielle sur tout le reste". Une présidence "bonapartiste" selon Stéphane Le Foll, qui constitue un "risque pour notre démocratie", et contre laquelle il propose un "manifeste des socialistes français et européens".

L'ancien ministre propose un "grand virage du développement durable". Il y insiste sur la nécessité d'un "grand virage du développement durable", et soumet au ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot "un plan pour une croissance 'sûre', celle qui est découplée des énergies fossiles et permet de financer nos modèles sociaux et de lutter contre les inégalités". Ce plan prévoit la conservation du "CICE pour disposer des 20 milliards d'euros afin d'investir notamment dans l'efficacité énergétique des entreprises" et une "suppression de la taxe d'habitation de 50% seulement", pour pouvoir financer un plan d'isolation des logements et maisons.

Il met aussi l'accent sur le "projet européen" et "l'internationalisme", estimant que "la question n'est plus de rester ou de sortir de l'Europe, mais d'être dans l'Europe pour la changer", notamment en matière de "lutte contre le réchauffement climatique, contre les paradis fiscaux" et de "questions migratoires".

Des propositions contre les inégalités sociales et de genre. Stéphane Le Foll avance, par ailleurs, plusieurs propositions contre les inégalités sociales, économiques et de genre, avec notamment la mise en place d'une "fiscalité adaptée, en particulier sur les nouveaux revenus de la finance, du patrimoine et du numérique", la "réorganisation des temps scolaires" ou la "lutte contre toutes les formes de violence à l'encontre des femmes". Le texte défend, de plus, une "réforme des institutions" pour "rééquilibrer les pouvoirs" ouvrant un débat sur un retour à un "septennat" non renouvelable, ou encore sur la suppression du Premier ministre.