Retraites : "Rien n'est donné sur la méthode, le calendrier", déplore Annie Genevard, députée LR

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Annie Genevard, députée LR, vice-présidente de l’Assemblée nationale et présidente du Conseil national de son parti réagit sur Europe 1 au sujet de la réforme des retraites. Elle dénonce le manque de clarté du gouvernement, tout en soulignant la nécessité de réformer le système actuel. 
INTERVIEW

A quatre jours de la grève massive contre la réforme des retraites, Gérald Darmanin l'assure : le gouvernement ne renoncera pas. Annie Genevard, députée LR, vice-présidente de l’Assemblée nationale et présidente du Conseil national de son parti réagit sur Europe 1. "Ce qui est un peu troublant dans les propos de Gérald Darmanin, c'est qu'il dit aussi que le texte n'est pas écrit, qu'il n'a pas de version sous les yeux", pointe la député. "On ne sait pas ce qui se fera."

"C'est très flou"

Samedi, se tenait le Conseil national des Républicains. Le sujet des retraites a été évoqué. "Nous avons une feuille de route assez claire : la fin des régimes spéciaux mais pas à n’importe quel prix, ni n’importe comment ! Nous voulons un alignement des règles entre le privé et le public, mais surtout nous n'éviterons pas la mesure d'âge. C'est à dire le recul de l'âge de départ."

Elle avoue cependant que ce programme n'est pas facile, mais qu'au moins il est clair. "Ce qui plonge les Français dans l'incertitude et le manque de confiance c'est que rien n'est donné sur la méthode, le calendrier : c'est très incertain et flou." 

"Les Français sont conscients du fait qu’il faut réformer"

"Les Français vont faire grève sur une réforme qu’ils ne connaissent pas, et que le gouvernement ne connait pas non plus", ajoute-t-elle. En 1995, Alain Juppé avait renoncé face à la pression de la rue. "C’est le pari que font certain, faire pression par la rue pour empêcher cette réforme", explique Annie Genevard. "Il faut réformer le système des retraites en France. Il n’est plus possible de mettre chaque année huit milliards d’euros pour équilibrer les régimes spéciaux."

"Les Français sont conscients du fait qu’il faut réformer, ils ne sont pas à hostiles à la réforme", assure la députée. Un sondage Ifop publié dans le JDD dimanche révèle que 76% des sondés veulent une réforme des retraites, mais ne font pas confiance au gouvernement pour la mener. 46% personnes interrogées soutiennent la mobilisation prévue le 5 décembre.