Que faut-il attendre de la conférence de presse d'Emmanuel Macron ?

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron va aborder la question climatique, jeudi soir.
Emmanuel Macron va aborder la question climatique, jeudi soir. © Yoan VALAT / POOL / AFP
Partagez sur :
Le chef de l'État va détailler ses pistes pour sortir de la séquence du grand débat lors d'une conférence de presse jeudi soir, à 18 heures. Plusieurs chantiers sont déjà ouverts.
ON DÉCRYPTE

Au moins deux heures face aux journalistes. Emmanuel Macron va détailler à partir de jeudi, 18 heures, les pistes de sortie du "grand débat" lors d'une conférence de presse à l'Élysée. Après son allocution télévisée annulée pour cause d'incendie à Notre-Dame, mais dont le texte a fuité, le chef de l'État a remis son ouvrage sur le métier.

L'environnement sera cette fois-ci abordé

Les grandes lignes du projet d'allocution seront confirmées - baisse des impôts pour les classes moyennes, réindexation des petites et moyennes retraites ou encore garantie de l'État pour les pensions alimentaires - mais ces quelques jours supplémentaires ont permis au président d'affiner sa copie, et même parfois de combler quelques manques.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Au cours de son propos liminaire d'une vingtaine de minutes ou de l'échange avec les journalistes, il devrait d'abord corriger le tir sur un thème, dont l'absence dans son projet d'allocution avait été remarquée jusque dans son propre camp : l'environnement sera abordé lors de cette conférence de presse. Il y aura des mots, mais aussi une méthode : des citoyens devraient ainsi être tirés au sort avec pour mission de faire des propositions sur "l'écologie du quotidien".

Emmanuel Macron va aussi solliciter les partenaires sociaux lors d'une prochaine conférence sociale et environnementale. "Il veut les mettre face à leurs responsabilités", décrypte un ministre, en les appelant notamment à lier transition écologique et emploi. Reste que l'éducation et la santé constituent la mère des batailles, selon le chef de l'État. L'engagement de ne pas fermer d’école jusqu'en 2022 sera maintenu, ce qui ne signifie pas qu'aucune classe ne fermera.

Vers une réforme en profondeur de l'ENA

Le chef de l'Etat devra aussi confirmer s'il a bien l'intention de faire travailler plus les Français. Si oui, il devra clarifier la voie choisie : cela passera-t-il par la suppression d'un jour férié, l'allongement de l'âge de départ à la retraite ou la fin des 35 heures ? On attend aussi des détails sur la réforme institutionnelle, et notamment de l'introduction d'une dose de proportionnelle. La grande question est celle du taux : est-ce que ce sera au delà des 15% prévus l'été dernier ?

Enfin, Emmanuel Macron devrait aussi préciser ses intentions sur l'ENA. Plus qu'une suppression pure et simple, comme évoquée dans les fuites de son allocution reportée la semaine dernière, on s'oriente plutôt vers une réforme en profondeur de l'ENA pour introduire plus de mixité sociale, selon un "marcheur" de la première heure.

Europe 1
Par Anne-Laure Jumet et Michaël Darmon, édité par Thibaud Le Meneec