Pour Édouard Philippe, Matignon n'est pas "une rampe de lancement"

  • A
  • A
Édouard Philippe a aussi évoqué la "part de réalité" de la fonction de Premier ministre: "on affronte des moments qui sont difficiles".
Édouard Philippe a aussi évoqué la "part de réalité" de la fonction de Premier ministre: "on affronte des moments qui sont difficiles". © AFP
Partagez sur :
Invité de l'émission "C à Vous" sur France 5, le Premier ministre a indiqué vouloir travailler à la réélection d'Emmanuel Macron en 2022. 

Édouard Philippe ne considère pas Matignon comme une "rampe de lancement pour quoi que ce soit" et veut travailler à la réélection d'Emmanuel Macron en 2022, a-t-il affirmé lundi sur France 5.

"J'ai décidé, quand le président de la République m'a nommé Premier ministre, qu'on allait tenter quelque chose qui depuis longtemps ne se fait plus, c'est-à-dire que je n'allais pas utiliser Matignon comme une rampe de lancement pour quoi que ce soit ou comme une façon de jouer le décalage, quand ce serait utile pour moi, ou quand ce serait agréable", a-t-il déclaré dans l'émission C à vous.

Le souhait de voir Macron réélu en 2022

"C'est une ligne de conduite que je me suis fixée en entrant à Matignon et je voudrais la conserver jusqu'au jour où j'en partirai". "Moi mon objectif, c'est que ce qu'on fasse produise ses effets, qu'on puisse transformer le pays, et que le président de la République puisse le faire le plus longtemps possible", a-t-il affirmé, confirmant son souhait de voir Emmanuel Macron réélu en 2022.

Édouard Philippe a encore évoqué la "part de réalité" de la fonction de Premier ministre: "on affronte des moments qui sont difficiles", "on prend des coups". "Mais en même temps je n'ai jamais vécu cette période comme un enfer, jamais", a-t-il insisté. "Dans les moments difficiles, il faut s'accrocher (...) et puis essayer de récupérer un petit peu de vitesse pour pouvoir continuer à avancer".

 

Quid d'une éventuelle candidature au Havre, ville dont il a été maire ? 

Interrogé sur les prochaines municipales et une éventuelle candidature au Havre, ville dont il a été maire avant d'être Premier ministre, Édouard Philippe a affirmé que ce n'était pas son "actualité". "Le Havre, c'est une ville que j'aime profondément (...) j'ai adoré ça, mais aujourd'hui mon actualité c'est la réforme de l'assurance chômage, c'est la réforme des retraites, c'est les lois de bioéthique, l'accélération écologique et c'est Matignon", a-t-il souligné.