Pour Adrien Quatennens, Jean-Luc Mélenchon reste "le fil rouge" de La France insoumise

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invité de la matinale d'Europe 1, le député insoumis du Nord, nommé coordinateur du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, a voulu répondre aux attaques quant au manque de transparence et de démocratie au sein de LFI.
INTERVIEW

Adrien Quatennens, le député du Nord, a été désigné coordinateur de La France insoumise ce week-end. Pour autant, Jean-Luc Mélenchon reste le numéro un du mouvement qu'il a fondé : "Mon rôle est consubstantiel", a-t-il déclaré. "Son rôle constitue le fil rouge de notre mouvement", abonde Adrien Quatennens lundi matin, au micro d'Audrey Crespo-Mara dans la matinale d'Europe 1.

"Le rôle de Jean-Luc Mélenchon est particulier, parce qu’il est celui qui a pensé et construit la France insoumise", rappelle le jeune élu. "S'il n’avait pas créé ce mouvement, la situation politique française ne serait pas la même", assure-t-il.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Les critiques de Clémentine Autain

Adrien Quatennens refuse par ailleurs d’évoquer sa récente nomination comme une intronisation. "Nous ne faisons pas un parti politique, nous faisons un mouvement. Vous prenez vos postes en fonction des tâches", explique-t-il. "Le but n’est pas de faire une direction politique figée mais d’assurer un espace de refondation dans lequel tous les insoumis pourront s’impliquer", détaille-t-il, alors que Clémentine Autain, l’une des figure de LFI, a déclaré sur BFMTV "ne pas savoir" comment Adrien Quatennens avait pu accéder à cette fonction

"L’événement de ce week-end n'est pas une position hiérarchique des uns et des autres. Le plus important est de voir tout ce que nous faisons pour répondre aux besoins organisationnels d’un mouvement pensé pour appuyer une candidature à l’élection présidentielle", balaye le député, qui laisse entendre par ailleurs que Clémentine Autain s'est peu impliquée dans l'organisation du mouvement. "Clémentine Autain a toute sa place dans nos discussions, le mieux est encore d’y participer", tacle-t-il.

"Ce weekend, pendant nos travaux, je regrette qu’elle n’y était pas. Je veux bien comprendre qu’elle ne comprenne pas si elle commente à la télévision des travaux en cours", ajoute-t-il.

Europe 1
Par Romain David