Plan Banlieues : Borloo appelle à la "reconquête républicaine"

, modifié à
  • A
  • A
Jean-Louis Borloo 1280 LUDOVIC MARIN / AFP / POOL
© LUDOVIC MARIN / AFP / POOL
Partagez sur :

Pour Jean-Louis Borloo, auteur d'un rapport remis à l'exécutif sur les banlieues, les quartiers prioritaires doivent bénéficier d'un plan massif de créations d'emploi.

Les banlieues "ne demandent pas d'assistance" mais leur "place dans la République", a affirmé mardi Jean-Louis Borloo, en appelant à un "plan de reconquête républicaine" avant la présentation, par Emmanuel Macron, de mesures très attendues pour les quartiers défavorisés.

"Repli" ou "redéploiement". Notre pays "est à un virage" : soit il choisit "le repli, le malentendu et la haine", ou alors "il se redéploie" comme un "très grand pays" riche de sa jeunesse, a affirmé Jean-Louis Borloo, auteur d'un rapport ambitieux qui devait nourrir la réflexion du chef de l'Etat sur l'action à mener dans les quartiers prioritaires. "Les banlieues ne demandent pas d'argent ou d'assistance", mais simplement leur "place dans la République", a-t-il ajouté, en dénonçant "l'espèce de scandale qui consisterait à dire qu'on a beaucoup donné, des milliards aux quartiers, comme s'ils avaient réclamé".

Pour "un plan massif de créations d'emploi". Mais le plan qu'attendent ces quartiers où "il y a plus de besoins, plus de jeunesse dans une situation plus complexe, et moins de moyens globaux", est "un plan massif de créations d'emploi" et "de reconquête républicaine," a-t-il martelé, en appelant à "changer radicalement la donne". "Au fond, leur situation est similaire à celle d'autres territoires de la République" que ce soit "les bassins industriels en crise", les "zones rurales", ou "une partie des Outre-Mer", a affirmé Jean-Louis Borloo. "Ce dont on parle c'est d'un rattrapage ou une reconquête républicaine pour 10, 15 millions de nos compatriotes", a-t-il souligné.

Macron ne veut pas d'un "catalogue de mesures". Lors de son allocution, le chef de l'Etat veut "donner une vision, du sens", mais pas présenter "un catalogue de mesures" pour ces quartiers qui concentrent les difficultés économiques et sociales, assure-t-on à l'Élysée, en soulignant que "l'enjeu n'est pas tant budgétaire que de mobilisation et d'efficacité".