Pacte social et écologique de Berger et Hulot : Bruno Le Maire "très réservé sur toute augmentation d'impôt"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Nicolas Hulot et Laurent Berger ont réclamé mardi un "big bang fiscal" dans le cadre d'un pacte social et écologique. Si Bruno Le Maire salue l'initiative, il se dit "sceptique" sur un certain nombre de propositions.
INTERVIEW

À une semaine de la fin du "grand débat national", Nicolas Hulot et le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, forts du soutien de 19 organisations, viennent de proposer un "big bang fiscal" et un meilleur partage du pouvoir, dans le cadre d'un pacte social et écologique comportant 66 propositions.

Ils souhaitent notamment que soit relancée la taxe carbone, à condition que l'argent qu'elle rapporte ne soit pas versé au budget de l'Etat, mais affecté à un but social. Mercredi, au micro d'Audrey Crespo-Mara sur Europe 1, Bruno Le Maire s'est dit "très réservé sur toute augmentation d'impôt".

Très "sceptique" sur une plus grande redistribution. "Je crois que l'urgence, c'est de baisser les impôts des Français. Cela étant, je veux saluer la contribution de Laurent Berger et de Nicolas Hulot, car c'est une contribution utile au 'grand débat national'. Il y a plein de propositions sur la refondation du capitalisme qui rejoignent certaines propositions sur lesquelles nous sommes en train de travailler à l'Assemblée avec l'examen de la loi Pacte", affirme Bruno Le Maire. 

>> De 7h à 9h, c'est deux heures d'info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Sur tout ce qui est refondation du capitalisme, affirmation de l'objet social de l'entreprise, place des salariés dans l'entreprise, je rejoins Laurent Berger et Nicolas Hulot. En revanche, cette idée qu'il faudrait augmenter les impôts ou redistribuer davantage alors que nous avons un système très redistributif, là, je suis beaucoup plus sceptique", explique-t-il.

Et d'insister : "Le premier problème économique français, ce n'est pas la redistribution, c'est la création de richesses. C'est ça la priorité absolue pour notre économie."