Ne plus "rêver aérien" : propos "stupides" de la maire EELV de Poitiers, selon Le Maire

, modifié à
  • A
  • A
Bruno Le Maire a critiqué les propos récents de la maire écologiste de Poitiers dimanche.
Bruno Le Maire a critiqué les propos récents de la maire écologiste de Poitiers dimanche. © DENIS BALIBOUSE / AFP
Partagez sur :
A la maire écologiste de Poitiers qui a estimé que "l'aérien ne (devait) plus faire partie des rêves d'enfants", le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a répondu dimanche que "les rêves des enfants français n'appartiennent qu'aux enfants français". Bruno Le Maire a par ailleurs dénoncé des propos "totalement stupides".

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a qualifié dimanche de "totalement stupides" les propos de la maire écologiste de Poitiers qui a estimé que "l'aérien ne (devait) plus faire partie des rêves d'enfants". "C'est une folie qui est non seulement révoltante mais dangereuse" et "totalement stupide", a déclaré Bruno Le Maire dans l'émission Le Grand Jury de RTL, Le Figaro et LCI. "Je n'ai aucune envie que la maire de Poitiers, ni que quelque responsable politique que ce soit, et certainement pas les écologistes radicaux, changent les rêves de mes enfants", a-t-il ajouté. "Les rêves des enfants français n'appartiennent qu'aux enfants français".

"Réaliser un avion à hydrogène, c'est ça le vrai rêve"

"L'aérien doit faire partie de notre vie, l'aérien décarboné. J'appartiens à un gouvernement qui estime que l'écologie doit reposer sur l'innovation, les nouvelles technologies. Je me bats pour que Airbus soit le premier constructeur aéronautique au monde à réaliser un avion à hydrogène, c'est ça le vrai rêve", a fait valoir le ministre. "Ce n'est pas la décroissance, ce n'est pas le repli sur soi, ce n'est pas l'abandon des technologies, ce n'est pas le renoncement au progrès. C'est concilier le succès économique avec la décarbonation de notre économie et le respect de l'environnement", a-t-il développé.

Le conseil municipal de Poitiers du 29 mars a voté une baisse de subventions à deux aéroclubs de Poitiers. Lors du débat, la maire Léonore Moncond'huy a dit "assumer" le fait que "l'argent public ne doit plus financer les sports fondés sur la consommation de ressources épuisables". "L'aérien, c'est triste, mais ne doit plus faire partie des rêves d'enfants aujourd'hui", a-t-elle ajouté, s'attirant les foudres du ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari (LREM) et de plusieurs autres responsables politiques.