Municipales : l'écologiste Pierre Hurmic l'emporte à Bordeaux

, modifié à
  • A
  • A
L'écologiste Pierre Hurmic a revendiqué dimanche la victoire au deuxième tour des élections municipales à Bordeaux.
L'écologiste Pierre Hurmic a revendiqué dimanche la victoire au deuxième tour des élections municipales à Bordeaux. © AFP
Partagez sur :
L'écologiste Pierre Hurmic a revendiqué dimanche la victoire au second tour de l'élection municipale de Bordeaux, saluant une "victoire historique". Son élection met fin à 73 ans de règne de la droite.

L'écologiste Pierre Hurmic a revendiqué dimanche la victoire au second tour des élections municipales à Bordeaux, battant le maire sortant LR Nicolas Florian et mettant ainsi fin à 73 ans de règne de la droite. Prenant la parole dans la cour de la mairie, cet avocat de 64 ans a promis d'être "un maire de Bordeaux à plein temps". Il a obtenu 46,48% des voix, contre 44,12% pour Nicolas Florian et 9,39% pour Philippe Poutou, ancien candidat d'extrême-gauche à la présidentielle, élu dimanche conseiller municipal, le premier mandat politique pour l'ancien ouvrier de Ford devenu chômeur.    

"C'est une victoire historique, j'ai toujours pensé que les Bordelais étaient mûrs pour l'écologie. Cette victoire, je l'assumerai sans arrogance et avec fierté", a-t-il dit, précisant que sa première décision serait "de confier la commission des finances à un élu de l'opposition".

Opposant écologiste depuis 25 ans

"Ceux qui me connaissent savent que je serai un maire humble, vous ne verrez pas le moindre propos arrogant ou revanchard dans ma bouche", a-t-il promis. Pierre Hurmic, opposant écologiste depuis 25 ans à Bordeaux, était arrivé deuxième au premier tour, avec 96 voix d'écart derrière Nicolas Florian. Il promettait au maire LR un second tour exceptionnellement serré dans une ville qui avait pris l'habitude d'élire dans un fauteuil des maires de droite.

Nicolas Florian, réputé Macron-compatible, avait fait alliance entre les deux tours avec le candidat En Marche Thomas Cazenave (42 ans), dont la liste avait rassemblé 12,69% au premier tour. Mais cette alliance n'aura donc pas suffi à l'héritier d'Alain Juppé.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP