Mounir Mahjoubi veut déployer des drones équipés de caméras sur Paris

, modifié à
  • A
  • A
Mounir Mahjoubi a présenté dans le "JDD" sa vision pour la sécurité à Paris, qui laisse une place importante aux innovations technologiques.
Mounir Mahjoubi a présenté dans le "JDD" sa vision pour la sécurité à Paris, qui laisse une place importante aux innovations technologiques. © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
L'ancien secrétaire d'État chargé du Numérique Mounir Mahjoubi, candidat à la mairie de Paris, propose de déployer des drones équipés de caméras dans la capitale.

Ce n'est pas le sujet sur lequel il était le plus attendu. Le député du 19ème arrondissement Mounir Mahjoubi, candidat à l'investiture LREM pour les municipales à Paris, a détaillé dans une interview au Journal du Dimanche son programme pour lutter contre l'insécurité. Et pour l'ancien secrétaire d'État chargé du Numérique, la technologie n'est jamais loin.

Il propose notamment de "déployer des drones équipés de caméras, qui se rendront très rapidement sur les lieux signalés". Au total, il envisage la présence de 240 appareils de ce type - un par quartier - pilotés par des agents spécialement formés. "La préfecture de police en utilise déjà, je propose qu'on étende leur usage", explique-t-il. 

Boutons d'urgences et nouvelles caméras

Dans la même veine, Mounir Mahjoubi appelle à l'installation de 20.000 boutons d'urgence dans les rues de Paris, pour appeler les forces de l'ordre en cas de problème. "Je distribuerai aussi des boutons portables aux Parisiennes et Parisiens qui se sentent en danger ou vulnérables", précise-t-il. Enfin, le député envisage de déployer des caméras de surveillance nouvelle génération à travers la capitale. "Les nouvelles caméras de type Lidar sont capables de de détecter tous les dangers sans enregistrer les visages", détaille-t-il.

Une hausse de 3,8 millions d'euros pour le budget de la sécurité

L'ancien secrétaire d'État évalue le coût de l'ensemble de ces dispositifs - qui ne constituent selon lui ni "flicage" ni "intrusion dans la vie privée" - à 3,8 millions d'euros annuels, ce qui porterait le budget de la sécurité de la Ville de 19,1 millions d'euros en 2019 à 24,4 millions en 2020. "Mais ces chiffres n'ont de sens que s'ils s'inscrivent dans un budget global, avec des économies équivalentes ailleurs", conclut-il.